Calabre

L’itinéraire, des conseils pratiques, étapes, dénivelés, traces GPS de la traversée à pied de la Calabre de Reggio Calabria à la Basilicate.


La vidéo :

Traversée de la Calabre à pied

La remontée de la Calabre à pied a plus ou moins suivi le Sentiero Italia. La première journée donne d’emblée le ton. Fini les bords de mer, place à la montagne, avec une montée directe à Gambarie, petite station de ski dans le parc de l’Aspromonte. C’est ensuite une succession de traversées de parc en gros sur la ligne de crête : Aspromonte, Parc régional delle Serre, Parc National della Sila et del Pollino.
Même si j’ai fait une grande partie de la traversée sur le Sentiero Italia, il ne faut pas compter sur le balisage très aléatoire sur certaines parties. Une trace GPS est pour moi essentielle pour faire ce parcours.
Les paysages sont superbes, grandes forêts, lacs, vues sur la côte. La végétation est étonnamment plus océanique que méditerranéenne. C’est une belle traversée sauvage et très nature.
La gestion des hébergements peut amener à faire de longues étapes. Hors saison, beaucoup d’établissements sont fermés.

Sites internet :

Pour avoir accès aux cartes topographiques italiennes, le site Geoportale Nazionale est l’équivalent du Geoportail de l’IGN en France. Il faut dans l’onglet « Immagini » cocher le niveau de carte à visualiser (par exemple cartes au 1:25000ème).

Sur le site des parcs nationaux et régionaux italiens se trouvent des informations sur les sentiers, l’hébergement…Il n’est pas toujours facile de trouver et selon les parcs, les indications sont plus ou moins riches. Il y est parfois possible de télécharger des cartes ou des guides. Il faut aussi chercher sur les sites des différents parcs.
Le site du parc de l’Aspromonte propose une carte avec les aires de camping et bivouac.
Sur le site du parc della Sila, il est possible de télécharger des traces gps de sentiers et des descriptions pdf. C’est également le cas pour ce site sur la partie sud du parc del Pollino.

Sur les différents sites locaux du Club Alpino Italiano, il est possible de trouver des informations locales parfois intéressantes. Ainsi sur le site du CAI de Reggio Calabria avec une carte détaillée avec les sentiers du parc de l’Aspromonte.

J’ai téléchargé certaines traces en faisant des recherches sur wikiloc. C’est le site que j’ai trouvé le plus complet pour l’Italie (et quasiment le seul). Le site GPSies.com est aussi assez riche.

Le site sur le Sentiero Italia indique région par région les lieux par où il devrait passer (quand il est encore au stade de projet) ou là où il passe (quand il est tracé). Après, avec le Geoportale italien, il ne reste plus qu’à scruter les cartes pendant des heures pour essayer de deviner.

Un marcheur belge a effectué la remontée de l’Italie depuis la Sicile en 2014 et y est retourné en 2015. Il raconte sur son blog Syracuse naar Rome son parcours (en flamand) et a alimenté Wikiloc avec ses traces.

Carthographie :

Comme en France et en Espagne, j’utilise Iphigenie. L’application (disponible sur l’Apple Store et Androïd : http://iphigénie.com/?lang=fr) donne accès aux cartes topographiques italiennes. Une fois consultées avec une connexion internet, ces cartes sont mises en cache (en mémoire dans le téléphone et donc visible sans connexion internet). Compte tenu de la qualité des cartes italiennes…, j’ai aussi mis en cache les cartes OpenCycleMap sur lesquelles apparaissent aussi parfois les sentiers.

J’ai pas mal utilisé aussi l’application ViewRanger pour deux raisons :
– l’application Iphigénie a bugué lors de l’enregistrement des traces
– Viewranger permet d’avoir les vues satellites finalement plus utiles que les cartes italiennes.

Trace GPS :

Pour chaque étape, voir les informations importantes ci-dessous.
La trace a été modifiée pour corriger les endroits où je suis passé malgré des chemins fermés ou tenté de passer. Elle ne correspond donc pas toujours aux commentaires des étapes ci-dessous.
S’il y a des passages sur des terrains privés, s’assurer au préalable de l’autorisation du propriétaire.
Lien pour télécharger la trace GPS :
Carte Calabre

Les étapes :

19 Reggio Calabria – Gambarie
26km Commentaires : Étape sur le Sentiero Italia. Il est balisé dès la sortie de Reggio Calabria. Montée raide d’entrée. Quelques passages pas évidents à trouver comme avant de rejoindre la route d’Arasi. Du bar Paradiso, le Sentiero Italia qui partait plus bas sur la route de Reggio Calabria, n’existe plus. Prendre la route de Gambarie. Plus loin, j’ai quitté la route pour suivre les marques du sentier, mal m’en a pris, j’ai terminé dans une zone extrêmement difficile vue l’abondante et piquante végétation. À la troisième bifurcation (celle qui fait un détour sur la droite), j’ai préféré demander avant et on m’a dit que le sentier n’était pas entretenu. Malgré une balise récente, je suis resté sur la route. Résultat 16 kilomètres de route depuis Arasi. Pas rassurant pour la suite. 1400 mètres de dénivelés.
9h Logistique :Boulangeries et bar au col sur la route entre Arasi et Orti. Une aire pour camper (équipement?) et un agriturismo 5 kilomètres avant Gambarie. Un kilomètre avant Gambarie, bar-restaurant en face de la fontaine Tre Aie. Gambarie : hôtels, Bed and breakfast. Petits commerces. Tout n’est pas ouvert hors saison. J’ai dormi à celui de Valle Oscura (30€ – Tél : 3296214569)
20 Gambarie – Piani di Zervò
28km Commentaires : J’ai laissé le Sentiero Italia qui fait un grand détour vers San Luca pour suivre le sentier del brigante, numéro 1 ou 100 selon les cartes.
Le sentier est bien balisé et ne nécessite pratiquement pas d’avoir à se repérer au GPS tant les marques sont nombreuses. L’ensemble de l’étape est sur de bons sentiers dans une belle forêt.
Être vigilant au démarrage, il y a un premier départ dur un autre sentier. Le bon départ est peu après. On peut se laisser attirer par des chemins forestiers, bien repérer les marques et s’inquiéter si on en voit plus. Pas mal de vallons donc pas mal de montées et descentes. Point haut à 1500 mètres d’altitude. 900 mètres de dénivelés.
8h Logistique :À 16 kilomètres de Gambarie, embranchement pour le Piani di Carmelia (Refuge Biancospina. Tél. : 3296283539. Peut permettre de faire une courte étape puis la suivante à l’Ostello de Zomaro s’il est ouvert). Piani di Zervò : possibilité de camper (point d’eau, toilettes) ou de louer une chambre.
21 Piani di Zervò – Passo della Limina (San Nicodemo)
36km Commentaires : toujours sur le sentier du bandit. Comme la veille, beau sentier dans la forêt, bien balisé. Plus plat hormis la descente et remontée dans un vallon. 550 mètres de dénivelés.
Après le passo del Mercante, quelques passages de bitume et balisage un peu plus difficile à suivre.
10h Logistique : À 21 kilomètres, l’Ostello de Zòmaro (il était fermé lors de mon passage. Définitivement?). Sources et fontaines assez régulièrement. Restaurant au col de Limina. Agriturismo San Nicodemo à 1,3 km du restaurant (Tél. : 3351722026 – 40€ la demi-pension – superbe site dominant la côte Ionienne).
22 Passo della Limina (San Nicodemo) – Serra San Bruno
43km Commentaires : Du passo della Limina, il y a environ 4 kilomètres sur la route avant de prendre un chemin agréable dans la forêt (pas très bien balisé). Le chemin n’est pas facile à suivre. Je suis revenu sur la route après le monte Seduto alors que le chemin passe plus au sud et ne retombe sur la route qu’avant le Passo de Croce Ferrata.
Ensuite idem, les passages qui évitent la route ne sont pas évidents à trouver et à suivre. J’ai loupé certaines portions.
De Fabrizia à Mongiana, on arrive souvent à éviter le bitume.
De Mongiana à Serra San Bruno : agréable sentier Frassati (boucle) bien aménagé que l’on peut prendre de l’entrée du village en passant par un petit lac ou du centre du village. Il arrive à la Chartreuse de Serra San Bruno. 1060 mètres de dénivelés.
Globalement une belle étape où il est plus sage de s’arrêter à Mongiana.
10h Logistique :Fontaine au Piano della Limina, ensuite je n’ai rien vu jusqu’à Fabrizia. Fabrizia : tous commerces. À 34 kilomètres de San Nicodemo, Mongiana : petits commerces, albergo degli Amici. En arrivant de Fabrizia : agriturismo Il Casale (Tél. : 329 432 07 18). Santa Maria (3km avant Serra San Bruno : aménagements touristiques (bars, restaurant). Serra San Bruno : tous services. Hôtels. J’ai dormi à l’hôtel Conte Ruggero (40€ la chambre).
23 Serra San Bruno – Fossa del Lupo
33km Commentaires : Étape sur le Sentiero Italia. Alternance petites routes et de chemins au début puis sur des chemins sur les 20 derniers kilomètres. De temps en temps quelques balises GR mais ne pas compter dessus pour se guider. Paysages « vosgien »de forêts et de pâturages plus humanisés que les derniers jours. 1000 mètres de dénivelés.
9h Logistique : Fontaine 7 kilomètres après Serra San Bruno. Au col Fossa del Lupa, restaurant-bar-auberge (Tél. : 0968 76680 ou 338 2543503 – 40€ en demi-pension).
24 Fossa del Lupo – Marcellinara
33km Commentaires : De la Fossa del Lupo, on doit pouvoir rejoindre le parcours rouge (Percorso Rosso) de la route de Cenadi. Ensuite, le percorso gialle permet de rejoindre le Sentiero Italia (en fait, la route de Girifalco). Je pense qu’il doit être possible de rester sur le chemin en contrebas de la route pour la rejoindre beaucoup plus loin (vers la Casermetta – casello forestale). Et de là, traverser la route pour poursuivre sur des chemins jusque 3 kilomètres avant Girifalco.
De même, de Girifalco à Carrafa di Catanzara, j’ai évité en partie la route. Il doit être possible de retomber dessus plus loin que je ne l’ai fait.
Après Caraffa di Catanzaro, le Sentiero Italia est éboulé. En principe, on ne peut plus passer. J’ai réussi au prix de quelques acrobaties, sachant qu’ensuite, on tombe sur un terrain privé. 580 mètres de dénivelés.
8h Logistique : Girifalco (15km) : tous commerces. Possibilité de dormir Chambres Santa Domenica .Caraffa di Catanzaro : tous commerces. Marcellinara : tous commerces. Bed and breakfast. J’ai dormi à celui de Garrupa (30€ la nuit)
25 Marcellinara – Villagio Mancuso
36km Commentaires : Étape sur le Sentiero Italia. Le balisage est toujours présent occasionnellement mais pas pour se guider. Pas mal de passages sur bitume.
De Marcellinara à Tiriolo, la partie qui évite la route est embroussaillée. Après Tiriolo, belle partie au dessus du village avec vues sur celui-ci et sur les deux côtes. Ensuite, chemin puis route jusqu’au sanctuaire de la Madonna del Porto.
Après être monté au dessus du sanctuaire par un sentier, on récupère une petite route que l’on suit un long moment. Elle se prolonge à flanc mi-route, mi-piste dans un paysage sec, méditerranéen sans ombre.
Après une raide montée sur piste forestière, on bascule dans un paysage plus montagneux et agréable.
Il reste à suivre la route par le Lago Passante et Villagio Racise. 1760 mètres de dénivelés.
10h Logistique : Tiriolo : tous services, hôtels. Madonna del Porto : eau, toilettes. 4 kilomètres plus loin, agriturismo Ciaramilia. Une source le long de la route à flanc et une autre à l’endroit où on la quitte pour attaquer la montée dans la forêt. Agriturismo autour du lago Passante. Villagio Racise : hôtel Ragno d’Oro. Petite épicerie. Villagio Mancuso : petits commerces (beaucoup sont fermés hors saison) hôtels, camping. Voir les adresses sur le site des parcs (commune de Taverna). J’ai dormi à l’hôtel Quadrifoglio (40€ la demi-pension)
26 Villagio Mancuso – Lago Ampollino (Villagio Palumbo)
31km Commentaires : Au lieu de faire le crochet par Buturo par le Sentiero Italia qui serpente à flanc, j’ai remonté un joli vallon par un bon chemin en direction du Timpone Morello. J’ai ensuite plus ou moins suivi le sentier 317 pour croiser le Sentiero Italia dans le vallon de Tacina. J’ai poursuivi par le sentier 316 en direction de la Torre Rinosi puis le 321. Il rejoint une petite route asphaltée en partie que l’on suit jusqu’au lac Ampollino. 740 mètres de dénivelés.
Très belle étape
9h Logistique :Au bord du lac Ampollino (Trepidò, Villagio Baffa, Villagio Palumbo, Briganti) pas mal d’hôtels et structures pour dormir. J’ai dormi à l’hôtel Il Brigante (50€ la demi-pension). Voir les adresses sur le site des parcs (commune de Cotronei). À Villagio Palumbo : petit supermarché (ouvert toute l’année) et petits commerces dont beaucoup sont fermés hors saison.
27 Lago Ampollino (Villagio Palumbo) – Lago Arvo (Cavaliere)
26km Commentaires : Il y a plus de 10 kilomètres pour longer le lac Ampollino, le plus souvent sur la route même si on peut aussi longer la rive du lac. Les vues sont superbes.
Après le lac, j’ai laissé le Sentiero Italia pour un passage plus direct à partir de Caporosa par une piste forestière qui monte via la fontana Saricenella et passe un col à 1674 mètres d’altitude. Je suis retombé par le sentier 438 de l’autre côté pratiquement au niveau du barrage du lac Arvo. Une très belle étape. 650 mètres de dénivelés.
7h Logistique :À Lorica : commerces, camping, hôtels. Voir les adresses sur le site des parcs. 1 kilomètre plus loin à Cavaliere : hôtels, bars, petits commerces. Beaucoup de structures fermées hors saison. L’albergo Cavaliere semble être parmi les solutions les plus économiques. J’ai dormi au restaurant-auberge Caracas : chambres neuves depuis cette année (2016). Je devais être un des tous premiers clients.
28 Lago Arvo (Cavaliere) – Cosenza
37km Commentaires :  Par le Sentiero Italia, je suis monté au Monte Donato (en faisant le court crochet jusqu’au sommet). Vaste panorama : Etna, îles Éoliennes, mer Tyrrheniénne, Aspromonte, lac Arvo, Pollino…
Après un bout de descente sur le Sentiero Italia en direction de Camigliatello, j’ai coupé à gauche dans les bois sur de vieilles pistes, traversé la route, pousuivi à travers rejoint le sentier 425 (51) puis le 426 (52) jusqu’à Serra Pedace. C’est tout le long une piste forestière presque en descente continue.
La suite est sur route dans un environnement de plus en plus urbain. 800 mètres de dénivelés.
10h Logistique : Serra Pedace (27km de Cavaliere) : bar, Bed and Breakfast (Tél. 393283171445 ou 3391156477). Ensuite, environnement semi-urbain avec commerces. Cosenza : bien-sûr tous services. J’ai dormi à l’Ostello Re Alarico (à partir de 20€ en dortoir).
29 Cosenza – Fuscaldo (Scarcelli)
39km Commentaires : L’étape sera plus raisonnable en ayant dormi à Marano (12 kilomètres de Cosenza ou 23 de Serra Pedace).
Route de Cerisano avec pas mal de circulation puis un peu moins en direction de Marano Principato.
Ensuite, itinéraire en partie balisé n°511 mais qui suit en fait une route asphaltée qui monte sur la Serra de Paola.
À partir des crêtes le parcours se fait entièrement sur des chemins, souvent agréables et ombragés. Ce n’est qu’environ 3 kilomètres avant le bord de mer que l’on retrouve le bitume. 1440 mètres de dénivelés.
11h Logistique :Le long de la route de Cerisano : environnement semi-urbain avec de nombreux commerces. À Marano Principato (12km du départ) : Bed and breakfast, adresse luxe le Borgociterium. Fontaines en montant et sur la crête. Le refuge Mangia e Bevi ne fonctionne plus.
Compte tenu de la distance, j’ai dormi au premier Bed and breakfast en arrivant : la Casa Vecchia (Tél. : 330.358.942 en arrivant sur l’ancienne route principale. 20€ la nuit. Fait restaurant). Sinon, hôtels et Bed and breakfast à la marina de Fuscaldo.
30 Fuscaldo (Scarcelli) – Cetraro
29km Commentaires : De Scarcelli à Terme Luigiane, je suis passé en hauteur par Fuscaldo, Pesco et Guardia Piemontese. Alternance de petites routes et de chemins. Beaux panoramas sur la côte et sur les villages accrochés aux collines. C’est plus agréable que le long de la côte plus urbanisée avec la circulation et la voie ferrée.
Après Terme Luigiane, parcours le long de la côte ou sur la plage. 920 mètres de dénivelés.
8h Logistique :Fuscaldo, Pesco, Guardia Piemontese : petits commerces. Terme Luigiane : hôtels. Acquapessa : hôtels, Bed and breakfast, bars, restaurant. Cetraro : tous services, Bed and breakfast, hôtels. Voir adresses sur le site du pro loco J’ai dormi à la Pensione Piazza (Via Lungo Aron,9 – Tél. : 098292026. 20€ la nuit)
31 Cetraro – Sant’Agata di Esaro (refuge Le Vasche Montea)
28km Commentaires : Que des chemins d’au dessus de Cetraro jusque un peu Sant’Agata di Esaro. Il y a un sentier « Sentiero dell’AVIS » qui monte jusqu’au sanctuaire Santa Maria au sommet de la colline. Il n’est pas facile à suivre notamment au début et je me suis un peu perdu dans la végétation. Ensuite, des chemins agricoles et forestiers plus facile. Descente directe sur Sant’Agata par une bonne piste une fois passé les 100 premiers mètres dans une coupe forestière.
Après Sant’Agata di Esaro, une route d’abord asphaltée monte en lacets. Elle se prolonge en piste jusqu’au refuge. 1700 mètres de dénivelés.
8h Logistique :Sant’Agata di Esaro : plusieurs Bed and breakfast. Commerces, bars, restaurants. La mairie de Sant’Agata a créé un refuge au bord du chemin, environ 7km après le village derrière le Sasso del Pino à 970 mètres d’altitude. Refuge non gardé (toilettes, eau, cheminée, pas de matelas) .
32 Sant’Agata di Esaro (refuge Le Vasche Montea) – San Sosti
12km Commentaires : Étape raccourcie due au mauvais temps. Sur chemins jusqu’à la Madonna di Pettoruto. Balisé mais il est facile de se perdre. Beaucoup de parties en forêt sûrement très agréables par beau temps. 300 mètres de dénivelés.
4h Logistique :Madonna di Pettoruto : bars, restaurants. San Sosti : hôtels, commerces. Voir les adresses sur le site des parcs nationaux. J’ai dormi à l’hôtel Santa Croce (30€ la nuit – Tél. : 098161123).
33 San Sosti – Tavolara
25km Commentaires : Montée rapide depuis San Sosti en passant au dessus du château. Bon sentier. Ensuite, avec la neige, j’ai vraiment eu du mal à suivre la trace. Le balisage est toujours aléatoire. Alternance de pistes forestières et de sentiers. 1660 mètres de dénivelés.
8h Logistique :Le refuge de Piano di Lanzo (Tél. : 349 5025115) ne fonctionne qu’en été (une pièce rudimentaire était ouverte lors de mon passage). À Tavolara, j’ai dormi dans une cabane de bergers. Pas mal de fontaines sur le parcours. Il y a 8 kilomètres de plus pour le centre de montagne de Novacco (voir étape suivante).
34 Tavolara – Morano Calabro
20km Commentaires : Le chemin est beaucoup plus facile à suivre que la veille : essentiellement sur pistes forestières et peu de dénivelés. Belles vues sur le massif du Pollino et beaux paysages ouverts. Dans la descente sur Morano, je suis resté sur la piste (je n’ai pas vu l’embranchement). 480 mètres de dénivelés.
6h Logistique : Piano di Novacco (8 kilomètres) : centre de montagne de Novacco (Tel.: 0981.349647 / 3496465101 / 3495647299 / 3401290514). À l’écart du chemin, sur le piano di Campolungo : refuge Biagio Longo. 3 kilomètres plus loin des bâtiments abandonnés et des bergeries peuvent servir d’abris de fortune. Fontaines régulièrement. Morano Calabro : tous services, hôtel, Bed and breakfast. Voir adresses sur le site des parcs nationaux. J’ai dormi à la Conceria en arrivant sur Morano (Contrada di Terrarossa  – Tél. : 347 7002491 – 25€ la nuit).
%d blogueurs aiment cette page :