Traversée de l’Italie

Traversée de l’Italie à pied, de l’extrême ouest de la Sicile jusqu’en France : l’itinéraire, des conseils pratiques, étapes, dénivelés, traces GPS. Le parcours remonte la botte par son épine dorsale, le long de la chaîne de montagne des Apennins. Une découverte du Bel Paese, un parcours dans l’Italie rurale loin des stations balnéaires et des grandes villes touristiques.



Le parcours

Voir le détail des étapes dans les pages consacrées à chacune des régions.

Pour le récit des 84 jours de marche, voir la page Récit de la traversée de l’Italie

Sicile
Départ des îles Egades à l’extrême ouest avec la traversée à pied de Marettimo puis de Favignana. Pour traverser l’île, j’ai suivi essentiellement la Via Francigena en Sicile et parfois le Sentiero Italia. 500 kilomètres à pied dans la belle Sicile.

Calabre
Le Sentiero Italia est la colonne vertébrale pour la remontée de la Calabre. C’est un parcours sauvage avec de superbes parcs naturels. C’est à nouveau 500 kilomètres à parcourir pour atteindre la limite de la Basilicate.

Basilicate – Campanie
Toujours essentiellement sur le Sentiero Italia et dans des parcs naturels pour la courte traversée de la Basilicate puis celle de la Campanie (région de Naples).

Molise – Latium – Abruzzes
Il existe une option Via Francigena qui permet de rejoindre Rome mais j’ai évité la traversée d’une ville de 3 millions d’habitants. J’ai poursuivi en reliant des sentiers à travers les parcs naturels dans le Molise puis le Latium (Lazio, région de Rome) et le long des Abruzzes.

Ombrie – Toscane
A la frontière de l’Ombrie, il existe différents chemins. Di qui passò Francesco (Là est passé François) est un chemin sur les traces de Saint François d’Assise et Con le ali ai piedi (Avec des ailes au pied) permet de rejoindre le sanctuaire dédié à l’archange Saint Michel dans la péninsule du Gargano.
En Toscane, le chemin sur les traces de Saint François par la montagne jusqu’à la Verna puis rejoindre Florence ou rejoindre la Via Francigena.
J’ai marché en Ombrie en partie sur le Cammino di San Francesco (d’Assise à Rome) puis j’ai rejoint la Via Francigena à Bolsena pour goûter à une traversée de la Toscane des collines, Sienne, San Gimignano…

Ligurie
Là aussi deux options se présentent : le long de la côte par le Sentiero Liguria et la Via della Costa ou en hauteur par la Alta Via dei Monte Liguri. Je suis resté plutôt proche de la côte sauf au niveau de Gênes où je suis passé par l’Alta Via dei Monti Liguri.

Liaison de la frontière jusqu’à Toulouse
En m’inspirant de la Via Aurelia et de la Voie d’Arles, j’ai poursuivi par étapes jusqu’à Toulouse : à la suite de la traversée de l’Italie jusqu’à Sainte-Maxime, ensuite en 2019 jusqu’au Haut-Languedoc où j’ai retrouvé un chemin fait en 2000 jusqu’à Toulouse.


Informations utiles – sites internet

Les sentiers

Le Sentiero Italia est plus un projet que l’autoproclamé plus long trek du monde. Il doit relier Trieste à la Méditerranée par l’arc alpin puis traverser toute l’Italie en suivant en gros la ligne de crête, le long des Apennins puis la Sicile jusqu’à Palerme et enfin la Sardaigne. Il doit car pour le moment des bouts sont tracés mais la difficulté, c’est de les relier.

L’autre grand chemin nord sud en Italie est la Via Francigena. La principale voie va des Alpes (Montgenèvre, Montcenis et Grand Saint Bernard) à Rome. Il existe une branche sud de Rome vers Monte Sant’Angelo dans le Gargano et Brindisi sur l’Adriatique.

Il existe ensuite une multitude de chemins de pèlerinages : Chemin d’Assise, Chemin de saint François, saint Michel, saint Benoît, les chemins de saint Jacques (Via della Costa en Ligure…)…Le site Cammini d’Italia donne un aperçu (non exhaustif) de certains de ces chemins. Des informations sur ceux que j’ai empruntés, se trouvent dans chacune des régions traversées.

Des parcs nationaux ou régionaux ont été créés tout le long de la péninsule. Des sentiers y sont aménagés. Voir le site des parcs italiens. Selon les parcs et sur les propres sites des parcs, il est possible de trouver des informations telles que cartes de randonnée, traces GPS, hébergement…

Le site Geoportale permet de visualiser les cartes IGN italiennes. Les cartes ne sont pas terribles (je préfère celles d’Opentopomap) et le site n’est vraiment pas intuitif : il faut aller en haut à gauche dans servizi, sélectionner WMS puis comme ente wms.pcn.minambiente.it et les cartes par exemple au 25000e.

L’hébergement

Hors Via Francigena, j’ai indiqué pour chaque étape, les solutions possibles.
J’ai pas mal utilisé les adresses trouvées sur le site bb30.it. Ce site référence des hébergements autour de 30€. La recherche via la carte de la région est pratique et on a les coordonnées de l’hébergeur pour le contacter directement.
Hormis sur la côte Ligure à la fin, j’ai rarement dormi sous la tente (camping sauvage ou non) et quelquefois en refuge non gardé.
Sur la Via Francigena, les auberges pour pèlerins permettent de dormir pour 10/15€.
Globalement, je me suis logé pour un budget légèrement inférieur à 25€ par nuit.

Le site Rifugi-bivacchi permet de trouver les refuges et cabanes sur la carte. Les informations sont plus ou moins complètes et plus ou moins mises à jour.

Le bivouac en Italie
En Italie, la réglementation pour le bivouac est une compétence des régions.
Sicile : le bivouac est possible dans les zones autorisées au bivouac
Calabre : pas de règle régionale pour le bivouac. A voir au niveau des communes
Basilicate : le bivouac est possible avec demande préalable à la commune
Campanie : la règlementation concerne le camping en plein air pour les associations. Pour les autres ???
Lazio : le bivouac peut être autorisé par le maire
Molise : le bivouac peut être autorisé par le maire
Abruzzes : le bivouac est autorisé uniquement dans les endroits définis par les communes
Ombrie : chaque parc définit les zones de bivouac. Ailleurs ce sont les communes qui définissent la réglementation pour le bivouac.
Toscane : pas de règle régionale pour le bivouac. A voir au niveau des communes
Ligurie : pas de règle régionale pour le bivouac. A voir au niveau des communes

Conseils pratiques, étapes, traces GPS, récit.

%d blogueurs aiment cette page :