Latium

L’itinéraire, des conseils pratiques, étapes, dénivelés, traces GPS de la traversée à pied de la Campanie à l’Ombrie en traversant une partie du Molise et le Latium avec un bref passage dans les Abruzzes.


La vidéo :


Traversée Molise – Latium à pied

Je me suis assez rapidement écarté du Sentiero Italia qui me servait de fil conducteur depuis la Calabre pour progressivement obliquer vers l’ouest. Le mauvais temps a limité mes ambitions dans les Abruzzes mais dans la continuité de la Campanie, j’ai marché dans de somptueux paysages dans le Molise et à la limite du Latium et des Abruzzes. Certains parcs naturels sont splendides au printemps (Matese, Abruzzes, Simbruini,..) avec de beaux chemins (sentiers Coleman et Via dei Lupi). J’ai terminé la traversée du Latium sur le cammino di San Francesco d’Assise à Rome.

Chemins dans le centre de l'Italie
Chemins dans le centre de l’Italie

Sites internet :

Pour avoir accès aux cartes topographiques italiennes, le site Geoportale Nazionale est l’équivalent du Geoportail de l’IGN en France. Il faut dans l’onglet « Immagini » cocher le niveau de carte à visualiser (par exemple cartes au 1:25000ème).

Sur le site des parcs nationaux et régionaux italiens se trouvent des informations sur les sentiers, l’hébergement…Il n’est pas toujours facile de trouver et selon les parcs, les indications sont plus ou moins riches. Il y est parfois possible de télécharger des cartes ou des guides. Il faut aussi chercher sur les sites des différents parcs.

Sur le site du parc des monts Lucretili, il y a une page sur les différents longs sentiers (chemin de san Benedetto, de san Francesco, de Coleman, Via dei Lupi,…) avec une carte, des liens vers des sites spécifiques et des descriptifs pdf à télécharger.

Sur les différents sites locaux du Club Alpino Italiano, il est possible de trouver des informations locales parfois intéressantes. Sur le site du CAI d’Isernia, il est possible de télécharger la description des étapes du Sentiero Italia dans le Molise et de visualiser ce sentier sur une carte OpenStreetMap.

J’ai téléchargé certaines traces en faisant des recherches sur wikiloc. C’est le site que j’ai trouvé le plus complet pour l’Italie (et quasiment le seul). Le site GPSies.com est aussi assez riche.

Le site sur le Sentiero Italia indique région par région les lieux par où il devrait passer (quand il est encore au stade de projet) ou là où il passe (quand il est tracé). Après, avec le Geoportale italien, il ne reste plus qu’à scruter les cartes pendant des heures pour essayer de deviner. Dans le Molise, il est possible de visualiser le Sentiero Italia et de télécharger la description des étapes sur le site du CAI d’Isernia (voir ci-dessus).

Sur le site de la Voie Francigena, on trouve de l’information sur les itinéraires et l’hébergement.

Il existe un site sur le chemin de Saint Benoit mais je n’ai pas eu de contact ou de réponse quand je me suis adressé à eux en remplissant le formulaire de demande de contact.

Le site du chemin Di qui passò Francesco (Là est passé François) est plus intéressant avec les solutions d’hébergement pour chaque étape.

Carthographie :

Comme en France et en Espagne, j’utilise Iphigenie. L’application (disponible sur l’Apple Store et Androïd : http://iphigénie.com/?lang=fr) donne accès aux cartes topographiques italiennes. Une fois consultées avec une connexion internet, ces cartes sont mises en cache (en mémoire dans le téléphone et donc visible sans connexion internet). Compte tenu de la qualité des cartes italiennes…, j’ai aussi mis en cache les cartes OpenCycleMap sur lesquelles apparaissent aussi parfois les sentiers.

J’ai pas mal utilisé aussi l’application ViewRanger pour deux raisons :
– l’application Iphigénie a bugué lors de l’enregistrement des traces
– Viewranger permet d’avoir les vues satellites finalement plus utiles que les cartes italiennes.

Trace GPS :

Pour chaque étape, voir les informations importantes ci-dessous.
La trace a été modifiée pour corriger les endroits où je suis passé malgré des chemins fermés ou tenté de passer. Elle ne correspond donc pas toujours aux commentaires des étapes ci-dessous.
S’il y a des passages sur des terrains privés, s’assurer au préalable de l’autorisation du propriétaire.
Lien pour télécharger la trace GPS :

Les étapes :

Les étapes :

47 San Gregorio Matese – Roccamandolfi
20km Commentaires : De San Gregorio, un bon sentier balisé monte vers le lac de Matese d’abord par le chemin de croix puis par un large chemin qui monte puis redescend sur le lac.
Compte tenu du temps incertain, j’ai abandonné l’idée de suivre le Sentiero Italia via Campitello Matese pour une option plus directe via le mont Ruzzo.
Par route et chemin, j’ai rejoint le petit col à l’ouest sur la route de Letino et de là par une piste puis un sentier balisé j’ai atteint le col sous le mont Ruzzo.
Je ne suis pas allé au sommet mais ai continué à flanc montant. Il est peut-être aussi simple d’aller au mont Ruzzo car de toutes façons, il faut atteindre la cote de 1560 mètres d’altitude. J’ai à cet endroit retrouvé le balisage.
Plus bas, j’ai eu du mal avec toutes les pistes forestières. Je pense qu’il y a une meilleure option pour rejoindre Roccamandolfi. J’ai également loupé le dernier embranchement du Sentiero Italia qui de la masseria Macchialonga arrive à Roccamandolfi. 1070 mètres de dénivelés.
7h Logistique :Fontaine au passage du col avant le lac. Autour du lac : agriturismo, auberges. Roccamandolfi : tous services. Albergo Casale Maginulfo (40€ la nuit – Hôtel confortable, propriétaires accueillants, excellente cuisine et petit-déjeuner). Il est peut-être possible de dormir au corpo forestale en face.
48 Roccamandolfi – Isernia
22km Commentaires : Je pensais que cette étape serait une étape de transition entre le parc du Matese et celui des Abruzzes. C’est en fait une belle étape avec, hormis les derniers kilomètres avant Isernia, que des chemins, de beaux paysages de moyenne montagne et des vues sur les montagnes des Abruzzes.
J’ai suivi en partie le Sentiero Italia mais compte tenu du mauvais temps, j’ai évité les hauteurs. J’ai aussi tiré au plus direct après le mont Patalecchia sans passer par Pettoranello del Molise. Un bon chemin va directement à la masseria Capruccia. 780 mètres de dénivelés.
6h Logistique :Quelques fontaines sur le parcours. Isernia : tous services. J’ai dormi à la Residenze Portacastello (50€ la nuit. Rénovation récente dans un vieux bâtiment du centre historique. Beaux appartements avec cuisine)
49 Isernia – Castel San Vincenzo (camping)
28km Commentaires : Étape avec vues sur les montagnes et sur de beaux villages. Alternance de petites routes et de chemins. Majoritairement sur route d’Isernia à Castelromano puis surtout des chemins jusqu’au niveau de Fornelli. J’ai suivi une trace GPS du Sentiero Italia mais sans balisage sur le terrain. J’ai des doutes vu les inscriptions sur les panneaux sur le passage le long de la carrière. Pour le passage du vallon de Vandra, je n’ai pas pu passer là où la trace m’envoyait. L’alternative trouvée, via un passage à gué de la rivière est tout aussi bien et sur chemins.
Après Fornelli, j’ai laissé le Sentiero Italia qui fait un détour via Colli Volturno. J’ai continué vers Cerro al Volturno. Un chemin permet ensuite de rejoindre Foresta par le haut. Belles vues sur le château de Cerro al Volturno et sur les montagnes.
De Cerro al Volturno, j’ai rejoint par un chemin l’emplacement d’un pont sur la rivière Lemarre. Le pont n’existe plus et le petit ravin n’est pas franchissable à cet endroit. Par des sentes au milieu de la végétation, je suis allé récupérer une piste plus haut pour passer la rivière sur un pont en amont et rejoindre la Carteria. Je pense qu’il vaut mieux éviter d’aller jusqu’à l’ancien pont et rester plus haut.
Depuis la Carteria, une petite route coupe la route principale pour arriver sur Castellone al Volturno et Castel San Vincenzo. 1270 mètres de dénivelés.
8h Logistique : Fontaines entre Fornelli et Foresta. Bar à Cerro al Volturno. Castel San Vincenzo : petits commerces, bars. Camping au bout du lac (quelques petits bungalows, bar, restaurant).
50 Castel San Vincenzo – Picinisco
23km Commentaires : Compte tenu du mauvais temps, j’ai renoncé à aller à Opi et ai tiré au plus direct vers Picinisco.
Du bout du lac de Castel San Vincenzo, un sentier monte dans la gorge Valle di Mezzo en direction de l’Eremo San Michele. Quelques passages dans la gorge sont délicats.
On suit ensuite pendant un moment un chemin forestier qui monte vers le Valle Fiorita avant de prendre à gauche un chemin balisé puis sentier qui passe un premier col à 1676 mètres d’altitude puis un second à 1845 mètres d’altitude. Malgré le balisage, j’ai eu du mal à suivre la trace et me suis trompé à plusieurs reprises.
Descente progressive dans des prairies jusqu’à la petite station de ski de Prati di Mezzo. Pour rejoindre Picinisco, il est possible de couper les nombreux virages en épingle à cheveux de la route. Un sentier indiqué Prati di Mezzo arrive au dessus du pont Lebranche (je pense qu’il part d’en dessous de Fontidune – voir les cartes Open Street Map). Il peut permettre d’aller directement à Settefrati sans passer par Picinisco. 1330 mètres de dénivelés.
7h Logistique :Picinisco : petits commerces, bars, restaurants, auberge (haut de gamme). Bed and breakfast Chez nous (40€ la nuit. Tél. :3331061109).
51 Picinisco – Sora
38km Commentaires : Finalement, beaucoup de chemins et sentiers. Le reste se fait sur des petites routes. Pas énormément de dénivelés, ce qui fait que l’on peut marcher à un bon rythme. Traversée du joli village de San Donato Val di Comino.
De Picinisco, un sentier va au fond du vallon de la Melfa pour la traverser au pont Lebranche (Au dessus du pont, embranchement d’un sentier indiqué vers Prati di Mezzo). Le sentier redescend le vallon pour récupérer une route à Borgo Castellone.
Petit bout de route jusqu’à Antica ensuite chemin pour monter à Settefrati.
De Settefrati après un tronçon de route, on rejoint San Donato Val di Comino par un chemin agricole balisé rouge et blanc.
Après avoir traversé le bourg médiéval, j’ai continué par un chemin agricole à flanc de colline. On récupère une petite route avant San Onofrio. Ensuite, un long tronçon sur chemin permet de ne se retrouver sur bitume (petites routes) que 7 kilomètres avant Sora. 1010 mètres de dénivelés.
10h Logistique :Agriturismo Santa Giusta entre Picinisco et Settefrati. Settefrati : bar, épicerie. San Donato Val di Comino : tous services. Agriturismo. Auberge La Taverna del Lago. Sora : tous services. J’ai dormi au Bed and breakfast Portella delle Fate (30€ la nuit).
52 Sora – Civita
26km Commentaires : Par la route au pied de la colline, j’ai rejoint la Madonna della Figura. Ensuite, un chemin monte puis s’enfonce dans le vallon delle Noci. Il y a un embranchement avec le Sentiero Italia 621 qui part à gauche et le sentier 622  qui continue dans le vallon. Ayant la trace pour ce dernier, j’ai pris cette option. J’ai quitté le 622 au droit du passage de la Fossa dell’Ortica. Un chemin non balisé mais facile à suivre grimpe presque tout droit jusqu’à ce passage. Là, je suis retombé sur le Sentiero Italia avec un bon balisage pour descendre sur le Prato di Campoli.
J’ai ensuite suivi le Sentiero jusqu’à Civita (Sentier 614 – il est assez bien balisé même s’il faut être vigilant par endroit). 1740 mètres de dénivelés.
8h Logistique :Plusieurs fontaines sur le parcours. Civita : Bed and breakfast La Foresteria della Certosa (30€ la nuit – possibilité d’utiliser la cuisine – très sympa). Pas de commerces.
53 Civita – Filettino
24km Commentaires : Belle étape de montagne sur de bons et beaux sentiers bien balisés avec de la forêt, un parcours en crête avec de superbes vues (les Abruzzes, les vallées…), des prairies…
De Civita à la Chartreuse de Trisulti, il est possible de couper la plupart des virages. Le sentier 608 part de la Chartreuse. Il est également possible de prendre au monastère San Domenico la piste qui monte et retomber sur le sentier rapidement. Il est facile à suivre et bien balisé. Il monte jusqu’à un premier col à 1665 mètres d’altitude où on laisse le chemin qui monte au mont Rotonaria puis à 1890 mètres entre la Monna et Fanfilli. Je suis passé par ce sommet puis les crêtes jusqu’au Mont Pozzotello (1995m).
De là, je suis descendu droit et raide rejoindre le sentier qui descend le vallon du Pozzotello à partir du Peschio delle Ciavole (sentier 695 balisé). Il rejoint le sentier 610 (Sentiero Italia) au Passo del Diavolo (celui du bas) qui permet de descendre à Filettino. 1460 mètres de dénivelés.
8h Logistique :À partir du vallon du Pozzotello, plusieurs fontaines. Filettino : petits commerces. Il ne reste qu’un hôtel (Pensione Monte Viglio – Tél. 0775.581.240 – 35€ la nuit). Le camping (en dehors du village, à Fiumata) n’était ouvert que le week-end lors de mon passage.
54 Filettino – Camerata Nuova
30km Commentaires : Une nouvelle belle étape avec un relief agréable, de bons chemins, un beau paysage avec cet altiplano karstique de Campo Ceraso à Camposecco.
De Filettino, un bon sentier (694a) bien balisé et bien aménagé monte par la chapelle San Bernardino vers le col Arena Blanca puis celui de la Monna della Forcina. Passé ce col, on descend rapidement sur le Campo Ceraso. Le relief est doux, les chemins sont bons. Belles vues, belles forêts.
De là, j’ai rejoint le Prato di Camposecco et le sentier Coleman qui par Camerata Vecchia (sentier 653) descend sur Camerata Nuova (le début de la descente est un peu touffu et piquant, il vaut peut-être mieux suivre la première indication Camerata Nuova au début des ruines). 820 mètres de dénivelés.
8h Logistique :Fontaine après Campo Ceraso. Camarata Nuova : petits commerces. Bars. Restaurant. Bed and breakfast Villa Arboretum(autour de 40€ la nuit).
55 Camerata Nuova – Orvinio
28km Commentaires : Si vous n’avez pas de traces, les indications des guides pdf sur le sentier Coleman et sur la Via dei Lupi à télécharger sur le site du parc régional des monts Lucrétili (voir liens ci-dessus) sont utiles.
De Camerata Nuova le sentier Coleman part du cimetière en direction de Rocca di Botte puis Oricola. Il est globalement bien balisé sauf dans la zone de Rocca di Botte (je suis passé à l’est du mont Fabrizio alors que le sentier officiel passe à l’ouest).
Après Oricola, sur la butte de Caprella, le sentier est moins facile à suivre dans les prés. En gros, prendre à flanc au-dessus de la forêt de conifères pour la contourner par le haut. Attaquer la descente en lisière de cette forêt puis, à mi-pente, repartir à flanc.
À Riofreddo, on laisse le sentier Coleman pour continuer sur la Via dei Lupi. En gros, on monte sur la cimata delle Serre puis on suit un long moment la ligne de crête. Il est pas toujours évident de suivre le balisage avec la végétation et les multiples sentes du bétail. Ne pas s’éloigner de la crête et d’une longue et rectiligne clôture barbelée. 900 mètres de dénivelés.
8h Logistique :Voir les guides pdf sur le sentier Coleman et sur la Via dei Lupi à télécharger sur le site du parc régional des monts Lucrétili (voir liens ci-dessus). Oricola : Bed and breakfast. Riofreddo : commerces, bars. Albergo. Orvinio : tous commerces. Bars, restaurants. Bed and breakfast Il sorriso dei Monti (très sympa. 25€ la nuit).
56 Orvinio – Poggio San Lorenzo
25km Commentaires : Sur cette étape, j’ai quitté les montagnes et emprunté la Via Francigena di San Francesco. Étape pratiquement que sur des chemins et avec quelques sites intéressants.
D’Orvinio, j’ai rejoint Poggio Moiano par la Via dei Lupi. Le parcours est balisé (sentier 309), entièrement sur sentiers et passe par la Cima Casarene (1191m). Il est au début commun avec la Via di San Benedetto (également balisé, ce chemin commence à être populaire et peut être une alternative si on veut éviter les montagnes).
De Poggio Moiano à Poggio San Lorenzo, j’ai suivi la Via Francigena di San Francesco. Elle est balisée en direction de Rome donc pas forcément évident dans l’autre sens. De Poggio Moiano à Monteleone Sabino : alternance de petites routes et chemins avec passage devant la chapelle romane Saint Martin, l’église romane Santa Vittoria et l’amphithéâtre romain de Monteleone. Ensuite, chemins jusqu’à Poggio San Lorenzo. 920 mètres de dénivelés.
7h Logistique :Fontaines sur le parcours.
Poggio Moiano (14km) : tous services. Monteleone Sabino : bar, petits commerces, agriturismo, Bed and breakfast. Poggio San Lorenzo : bar, petits commerces, Bed and breakfast. Casa del Pellegrino (20€ la nuit avec petit déjeuner, dortoirs, draps et serviettes fournis)
57 Poggio San Lorenzo – Contigliano
31km Commentaires : De Poggio San Lorenzo, j’ai continué sur la Via Francigena di San Francesco (mixte routes et chemins) jusqu’à un embranchement par un chemin pour le joli village médiéval d’Ornaro Alto.
De là, une courte descente amène sur la Via Salaria (route à forte circulation) que l’on quitte immédiatement pour monter sur l’autre versant par la route de Montenero in Sabina. Rapidement, il est possible de prendre un chemin qui permet de rejoindre la bonne piste forestière en crête jusqu’à Sant’Elia Reatino. La forêt est d’abord assez dense puis plus ouverte, ce qui permet d’avoir des vues à l’est sur les sommets enneigés des Abruzzes au loin, sur le mont Terminillo et à l’ouest sur les monts Sabins. Il n’y a pas de balisage et sans trace, il est facile de prendre la mauvaise piste forestière.
À Sant’Elia Reatino, on récupère le chemin de saint François. Il est balisé dans les deux sens (marques bleues et jaunes, panneaux indicateurs). Par un chemin, on descend à Poggio Fidoni que l’on traverse le long de la route. On retrouve un petit bout de chemin avant Contigliano. 960 mètres de dénivelés.
8h Logistique :Pas d’eau après Ornaro sur tout le parcours en crête. Sant’Elia Reatino : épicerie, bar, restaurant. Poggio Fidoni : petits commerces, bar, Bed and breakfast. Contigliano : tous services. J’ai dormi à l’Ostello Villa Franceschini (Tél.: 0746 706123 – 18€ la nuit et 29€ la demi-pension)
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :