Via Dinarica

L’itinéraire, des conseils pratiques, étapes, dénivelés, traces GPS de la traversée à pied de l’Albanie à la Slovénie, en traversant le Monténégro, la Bosnie et la Croatie, le long de la Via Dinarica. Je l’ai suivie avec parfois des tracés plus directs ou d’autres fois des crochets pour se ravitailler.



La Via Dinarica

La Via Dinarica est un parcours exigeant. Il s’apparente plus à nos GR de montagne qu’à un chemin de Compostelle : sentiers de montagne, parfois absence de balisage, possibilité de traversée de névés tard dans la saison, météo de montagne (vent violent avec la bura, orages fréquents, froid même en été), autonomie nécessaire sur plusieurs jours (peu de localités traversées), absence d’eau sur de longues sections.
Une fois que vous aurez intégré ces éléments, vous pourrez découvrir ces Alpes Dinariques, massif essentiellement calcaire avec des beaux sommets (notamment au Monténégro), de belles vues sur la côte adriatique (en Croatie), des reliefs karstiques…Tout cela dans une région plurielle avec une histoire récente tourmentée.

Le parcours :

Après les inconnus en Grèce Centrale et en Albanie, la traversée à pied du Monténégro, de la Bosnie et de la Croatie est plus facile à gérer. La Via Dinarica est bien documentée et suit en règle générale des chemins balisés.
Ce sentier remonte les Alpes Dinariques dans leur partie centrale. C’est donc un parcours montagneux, avec très peu de localités sur près de 1000 kilomètres dans l’ancienne Yougoslavie.
Je l’ai suivi avec pas mal de libertés : tracés plus directs parfois ; je n’ai pas fait de sommets ; j’ai essayé d’éviter certaines parties de bitume. Au final de Vermosh en Albanie à Postojna en Slovénie, mon parcours, de 920 kilomètres est 250km plus court que la trace GPS que j’avais téléchargée sur le site de la Via Dinarica.

Informations pratiques :

Eau – Approvisionnement :
Eau : c’est un point délicat. Les Alpes Dinariques sont essentiellement calcaires et il n’y a pratiquement pas de sources ou de ruisseaux. L’eau provient la plupart du temps de puits ou citernes collectant l’eau de pluie. La Croatie et en partie la Bosnie-Herzégovine sont les secteurs où il faut faire particulièrement attention à ses réserves. Par jour de canicule, certaines étapes avec peu d’ombre doivent être redoutables.
Voir le détail dans chaque étape.
Nourriture : la Via Dinarica traverse peu de localités notamment en Croatie avec plus de 7 jours de marche après Gračac (et encore, je suis passé par Fužine, ce que ne fait pas le tracé officiel). Il faudra donc porter parfois plusieurs jours d’autonomie. Dans les localités traversées, on trouve toujours un petit supermarché avec l’essentiel (fruits et légumes, …).
Cartouches de gaz : je n’ai pas eu besoin de me réapprovisionner en cartouches filetées. J’ai vu que dans certains refuges, des randonneurs en avait laissées. On doit donc en trouver. Les cartouches de gaz type Camping Gaz sont assez répandues. Pour ceux qui commencent par Postojna, tous les types de cartouches de gaz sont en vente au magasin Intersport.

Hébergement : la Via Dinarica traverse des espaces sauvages. Heureusement, il existe un bon réseau de refuges, bien entretenus. Ils sont souvent non gardés et donc accessibles sans réservation. Dans les refuges gardés, il n’est pas toujours possible de manger.
Dans les petites villes, il est facile de se loger autour de 20€ la nuit.

Communication : la jeune génération parle très souvent anglais et en général très bien. Ce n’est pas le cas pour le reste de la population. Quelques mots de serbo-croate seront très utiles. Plus que l’anglais, l’allemand est courant notamment en Croatie.

Paiements – carte bancaire : c’est assez facile de payer par carte bancaire dans les supermarchés et les hôtels. Outre le Monténégro et la Slovénie où l’euro est la monnaie officielle, il est aussi largement accepté en Croatie et en Bosnie-Herzégovine. Les hôtels indiquent souvent leurs prix en euros.

Réseaux : en Croatie et Slovénie, vous pourrez utiliser votre carte SIM française sans surcoût. Au Monténégro et en Bosnie-Herzégovine, les cartes SIM prépayées ne sont pas chères. La couverture réseau était moyenne en Bosnie-Herzégovine (peut-être parce que mon opérateur était serbe-bosnien…). Dans les autres pays, j’ai eu facilement du réseau.

Marquage des sentiers : la plupart du temps, les sentiers sont balisés, pas spécifiquement Via Dinarica, mais avec un rond blanc cerclé de rouge ou des traits rouges et blancs. En Bosnie-Herzégovine, il y a des parties mal ou pas balisées. C’est le cas aussi en Croatie notamment dans l’ancienne Krajina Serbe. Au Monténégro, le balisage est plutôt bon.
La trace GPS de la Via Dinarica est parfois mauvaise. Voir les commentaires dans chaque étape.

Climat : en juin au Monténégro, il restait par endroits des névés très délicats à traverser. J’ai eu un temps instable avec souvent de la pluie et des orages et plutôt frais. La bura, vent froid, violent venant du nord peut être terrible en Croatie. Il faudra renoncer à passer par les crêtes.

Passages de frontière : de l’Albanie au Monténégro voir la page Albanie.
À priori, aucune formalité du Monténégro en Bosnie-Herzégovine.
Pour passer de Bosnie-Herzégovine en Croatie, on est sensé passer par un poste frontière officiel.
De Croatie en Slovénie, on rentre dans l’espace Schengen, passage par un poste frontière officiel tant que la Croatie n’en fait pas partie (à priori, prévu pour 2020).

Mines : triste réalité et conséquence de la guerre, la Bosnie est le pays européen où se trouve le plus de mines. Voir le site sur les mines en Bosnie et celui sur les mines en Croatie. Ce dernier permet de bien zoomer sur les zones concernées.

Sites internet :

Il est plus facile de trouver des informations sur ce chemin. Le site consacrés à cette voie Via Dinarica est très complet : traces GPS, informations sur les hébergements, commerces, possibilité de télécharger en pdf un guide complet sur les étapes que l’on souhaite suivre.
Les pages sur chaque étape sont très pratiques. En faisant un focus sur la carte, on a les points d’eau, hébergements, commerces, points d’intérêts…Il est possible de l’exporter sur l’application Outdooractive ou d’en faire une copie PDF.

En lien avec le site ci-dessus, Via Dinarica Project a été réalisé par Eva, une hollandaise. C’est aussi une mine d’informations.

Carthographie :

J’utilise l’application ViewRanger. Elle permet d’avoir les cartes openstreetmap en cache (accessibles sans connexion) et les vues satellites.

Trace GPS :

Pour chaque étape, voir les informations importantes ci-dessous (passages des frontières, difficultés…). Pour des informations plus précises, se reporter aux sites internet ci-dessus.

Lien pour télécharger la trace GPS :
La trace a été en partie reconstituée et corrigée pour enlever les erreurs de parcours. Elle peut donc être légèrement en décalage par rapport à la réalité du terrain. Il convient en l’utilisant de privilégier la réalité du terrain et notamment de prendre en compte les difficultés de certaines parties. En cas de passage sur un terrain privé, s’assurer de l’autorisation du propriétaire.

Les étapes :

1 Vermosh – Katun Štavna
22km Commentaires : Belle étape avec, à nouveau, de belles vues sur les montagnes. Par rapport à la trace GPS de la Via Dinarica, je ne suis pas monté le long du ruisseau (à l’endroit où on passe la frontière) mais je suis passé rive gauche et suis resté à 20 mètres environ à l’est du ruisseau et en surplomb. Du coup cela passait plutôt bien. J’ai traversé le ruisseau à 1520 mètres d’altitude et suis monté à travers un bois jusqu’à Katun Dedića. Le bois de feuillus est clairsemé et cela monte très bien. À partir de Katun Kurlaj Vujadinovića, bon balisage (rond blanc cerclé de rouge). J’ai plutôt suivi le balisage qui évite et coupe la piste que la trace GPS de la Via Dinarica. Après le col et sous Kom vasojevićki, il y avait encore un névé délicat à passer. Dénivelé 1440m.
8h Logistique :Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
2 Katun Štavna – Mojkovac
44km Commentaires : Marche facile sur des pistes dans un relief doux de dômes avec prairies et forêts. Belles vues au début sur les sommets  Kom Kučki et Kom Vasojevićki puis sur Zelova Glava. J’ai suivi le balisage rond blanc cerclé de rouge jusqu’à Vranjak (le démarrage est plus direct que la trace GPS de la Via Dinarica). Après Vranjak, j’ai pris la piste à l’ouest et sous le Zelova Glava puis ai continué jusqu’à Dolovi. Après Dolovi, une fois arrivé à la piste qui descend vers le lac Biogradsko Jezero, j’ai à peu près tiré droit en direction de Mojkovac, via Katun Krnjače, Laništa, Bjeloviće. La partie entre Katun Krnjače et Laništa est sur un vieux chemin dans une végétation parfois exubérante, très agréable quand il fait chaud, sûrement plus compliqué par temps de pluie. Dénivelé 1260m.
11h Logistique :Pas de souci d’eau sur cette étape. Il est possible de dormir à Trešnjevik, Vranjak (refuge, hôtel), Dolovi (Damjanovica, Camp Janketica), Laništa. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
3 Mojkovac – Lac Zabojsko
32km Commentaires : Certaines parties (du côté de Ružica par exemple) sont belles. D’autres, sur le plateau calcaire, plus monotones (montées et descentes sans ombre et assez sec). Suivre le balisage plutôt que la trace GPS de la Via Dinarica. Du pont Mojkovac, le tracé GPS direct ne passe pas. Le balisage le plus clair va sur 700 mètres le long de la route de Podgorica avant de continuer à droite en direction de l’hôtel Gacka (4,5km après le pont). Il est plus direct de partir à droite au pont en direction de Babića Polje etde monter par Bojkovače. Sur le plateau calcaire, pas toujours facile de suivre le balisage. De Planinica au lac Zabojsko, suivre le balisage qui est direct plutôt que la piste. Dénivelé 1580m.
10h Logistique : Pas beaucoup d’eau sur ce plateau calcaire : faire le plein aux points d’eau avant ou à Ružica. Possible aussi à la guesthouse du lac Zabojsko et aux maisons juste après. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
4 Lac Zabojsko – Žabljak
33km Commentaires : Pas de difficultés, relief doux, des prairies, alpages avec chalets. Bon balisage. Dénivelé 670m.
9h Logistique : À Njegovuđa : café et épicerie. Je n’ai pas vu de sources. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
5 Žabljak – Nedajno
25km Commentaires : Étape de montagne avec le passage par Planinica à 2300 mètres d’altitude. Bon balisage. Belles vues sur les sommets, lacs, canyon de Sušica. La descente sur le lac Šrčko est raide. Possibilité de couper le dernier virage de la route de Nedajno. Dénivelé 1440m.
9h Logistique :Le meilleur point d’eau est aux cascades (sources et résurgences) sous le lac Šrčko. Eau également au lac Sušičko et avant d’arriver à Nedajno en passant par le raccourci. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
6 Nedajno – Lac Trnovačko
39km Commentaires : Très belle étape avec polje, canyon et montagnes. Le parcours est plus court que la trace GPS de la Via Dinarica. De Nedajno, elle est balisée (sentier 192) via Lijepi Pod. C’est plus direct et évite la route asphaltée. Ensuite, j’ai pris une piste qui passe par Javorak et Badžovine. Par le chemin balisé 195, on retombe sur le tracé de la Via Dinarica à Babići. Dénivelé 2410m.
12h Logistique : Eau à plusieurs endroits à Mratinje et un peu avant le col. Refuge (pas de repas, boissons, 5€ la nuit) et eau au lac Trnovačko. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
7 Lac Trnovačko – Au-dessus du lac Orlovacko
35km Commentaires : Belles vues sur le Maglić au début puis sur des paysages plus doux à partir du lac Donje Bar. Le sentier est bon et bien balisé jusqu’à Suha. La montée vers le lac Donje Bar est bien balisée mais par endroit envahie par la végétation. La suite jusqu’au sommet Bregoč est balisée très légèrement et la végétation masque le chemin par endroit. Dans la descente de Bregoč, il y a du balisage qui part dans deux directions différentes sans panneau explicatif. Je suis parti dans la mauvaise direction. Dénivelé 2320m.
13h Logistique : Fontaine en bord de route à Suha avant le pont. Au lac Donje Bar, la source se trouve à une cinquantaine de mètres en longeant le lac derrière le refuge. Ce sont les deux seuls bons points d’eau de l’étape. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
8 Au-dessus du lac Orlovacko – Kalinovik
28km Commentaires : Compte tenu de la météo, du refuge du lac Orlovacko, je suis resté sur la piste jusqu’à Kalinovik. La marche a été très rapide pour éviter l’orage. Dénivelé 300m (800m par le tracé normal).
5h Logistique : Fontaine au bord de la piste avant le franchissement de l’épaule, là où elle reprend la direction de Kalinovik. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
9 Kalinovik – Bord de la Neretva
62km Commentaires : De Kalinovik, j’ai pris la piste qui monte sur les flancs sud de l’Orlov Kuk et Lukavac et rejoins le tracé GPS de la Via Dinarica. C’est plus direct et évite la route asphaltée. J’ai suivi jusqu’à Puzim la Via Dinarica via Ljuta. Attention aux parties minées, ne pas prendre de raccourcis dans les bois.
À Puzim, j’ai laissé la Via Dinarica et je suis parti à gauche direction Džamija (route sur 2 kilomètres puis chemin balisé). La suite sur le polje est facile : presque plat, prairies sans obstacles. J’ai continué par la piste. Il est possible de prendre des raccourcis. J’ai loupé l’embranchement vers Kažići et fait le crochet par Ribari. Dénivelé 2300m.
15h Logistique : De Kalinovik aux dernières maisons au-dessus de Ljuta plusieurs sources et fontaines. À 500 mètres après Puzim, fontaine. Sur la partie haute du polje sous la Džamija, sources et ruisseau. Ensuite, eau en demandant aux bergeries. Eau à l’ancienne école de Grušća puis plusieurs sources dans ce vallon. Ensuite, il faut arriver à Ribari . Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
10 Bord de la Neretva – Refuge de Jezerce
23km Commentaires : La route du pont suspendu de la Neretva au lac Boračko puis un sentier pas évident à trouver jusqu’à Borci. J’ai ensuite laissé la Via Dinarica pour aller directement au refuge de Jezerce. Piste (possible de couper les virages) et un sentier bien balisé sur le plateau calcaire. En principe belles vues mais j’étais dans le brouillard. Dénivelé 1700m.
6h Logistique : Fontaine en montant au lac de Boračko. Pas d’eau entre le lac et le refuge. Au refuge, eau environ 100 mètres en direction de Jablanica. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
11 Refuge de Jezerce – Jablanica
25km Commentaires : Étape dans la brume, dommage pour les paysages du Prenj. Attention à être vigilant aux croisements de sentiers, il n’y a pas forcément de panneaux et on peut se tromper facilement en suivant un mauvais balisage. Quelques secteurs potentiellement minés. Dans la descente du refuge Međuprenje, ne pas suivre la trace GPS (qui évite le refuge) mais rester sur le balisage qui démarre du refuge. Balisage pas facile à suivre entre Ravna et Jablanica. Dénivelé 1100m.
10h Logistique :Plusieurs refuges sur le parcours : pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
12 Jablanica – Masna Luka
28km Commentaires : Longue montée régulière de Jablanica sur piste puis bon sentier balisé. J’ai à chaque fois pris le sentier le plus direct plutôt que suivre la trace GPS de la Via Dinarica. Pas de difficultés mais du dénivelé. Dénivelé 2240m.
10h Logistique :Il n’y a pas beaucoup d’eau le long de l’étape, voir à proximité des refuges. Le mountain lodge à proximité du monastère de Masna Luka était fermé lors de mon passage. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
13 Masna Luka – Bukovica
29km Commentaires : Du monastère de Masna Luka, un chemin bien balisé permet de rejoindre le lac de Blidinje. J’ai laissé la Via Dinarica qui fait le détour par le sommet de Vran et pris la piste qui longe le lac par le sud. Via Barzonja, j’ai retrouvé la Via Dinarica avant la montée vers le Svinjar. Dans la descente, j’ai à nouveau abandonné le chemin balisé pour, à travers prés, aller directement à Seonica. Par une piste, j’ai traversé la plaine pour arriver à Bukovica. Dénivelé 640m.
7h Logistique :Il n’y a pas d’eau le long de l’étape hormis juste avant d’arriver à Seonica. Prendre vos précautions. Il y a des maisons le long du chemin mais elles ne sont souvent occupées que pendant les vacances. L’épicerie de Bukovica est bien achalandée et a de larges plages d’ouverture. Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
14 Bukovica – Podgradina
33km Commentaires : J’ai en gros suivi la Via Dinarica, avec quelques raccourcis (je ne suis pas passé à Gornji Brišnik) jusqu’à la route de Prisoje. Monotone et très large piste, presque une autoroute sur les hauteurs. Ensuite, j’ai continué en face pour monter vers Kolino et Vitrenik. Le chemin est balisé mais je ne suis pas monté au sommet Vitrenik (vent, froid, brume). J’ai coupé à flanc, à travers prés, sans difficultés et récupéré le balisage vers 1350 mètres d’altitude. Dénivelé 850m.
8h Logistique :Au-dessus de Bukovica, bonne source, tables de pique-nique, bon endroit pour camper. Sinon pas de point d’eau avant la descente de Vitrenik. À Podhum : bars, épicerie. Possibilité de dormir au SRC Kamešnica entre Podhum et Podgradina (10€ la nuit). Pour les informations pratiques (eau, hébergement, commerces, points d’intérêts), voir le site de la Via Dinarica.
15 Podgradina – Refuge Sveti Jakob
45km Commentaires : J’ai laissé la Via Dinarica qui passe en Croatie par un poste frontière officiel et du coup emprunte des sections de routes asphaltées pour suivre le sentier Put Oluje. Ce chemin est un des itinéraires de l’armée croate pour encercler Knin, capitale de la République Serbe de Krajina lors de «l’opération tempête» en 1995. Sur cet itinéraire, plusieurs refuges en très bon état et pas beaucoup d’eau.
Étape difficile, peu d’eau, mal balisé par endroit. À déconseiller par fortes chaleurs. J’aurai tendance à conseiller de descendre sur Glavaš et Glejv pour éviter la partie la plus difficile.
La montée au Konj (d’abord dans une belle forêt) puis le chemin par les sommets Kamešnica, Garjata, Burnjača est bien balisée mais beaucoup de dénivelés. Après la route, le secteur est plus difficile, mal balisé sur un plateau calcaire rocailleux qui a en partie brûlé. Cette partie est vraiment désagréable. Une fois passé la frontière, pas de balisage mais des pistes. Dénivelé 2100m.
14h Logistique :Voir le site Evadinarica. Bonne source à la sortie de Podgradina puis au refuge Pešino Vrilo dans la montée vers le Konj (la source est 100 mètres en face du refuge). Il y aurait une source sous une trappe une vingtaine de mètres avant le refuge Bunarić en venant de Kamešnica et un puit à la fin de la descente quand on récupère la piste et avant la route (je ne les ai pas vues). Cuve au refuge Kurtegica Dolac. Délicieuse eau fraîche au fond de la grotte Mračna Pečina. Citerne au refuge Sveti Jakob. Refuges tout le long du parcours :  Pešino Vrilo (avant Konj), Bunarić (après Kamešnica), Kurtegica Dolac (après Burnjača), tous les trois ouverts. Sveti Jakob n’est ouvert que sur réservation.
16 Refuge Sveti Jakob – Cetina
33km Commentaires : J’ai choisi la solution de facilité en redescendant sur Ježević à partir du refuge Kuća Puma. Le chemin est bien balisé au début à partir du refuge Sveti Jakob. Ensuite, il y a une partie plus difficile à suivre. Zone potentiellement minée entre le refuge et le Troglav (bien signalée, rester sur la piste). La descente sur Ježević est bien balisée. Ensuite piste entre Ježević et Cetina. Dénivelé 950m.
8h Logistique :Voir le site Evadinarica. Le refuge Kuća Puma était ouvert lors de mon passage. Il est très bien équipé (électricité…). La citerne est dans la véranda. Je ne sais pas comment cela se passe quand le refuge est fermé. Eau au cimetière de Ježević. À Cetina, j’ai dormi à la Villa Cetina. C’est une maison en location mais possible de dormir quand elle n’est pas louée. Très confortable (30€ la nuit).
17 Cetina – Knin
34km Commentaires : Le sentier est bien balisé. Pas de difficultés, montée et descente progressive à la Dinara. J’ai pris quelques sentiers plus directs que la Via Dinarica. Dénivelé 1550m.
10h Logistique :Voir le site Evadinarica. Bonne source à la montée vers 1000 mètres d’altitude. Citerne au refuge Martinova Košara. Au refuge Brezovac, pas d’accès à l’eau quand il est fermé. Knin : tous services. Hôtel 20€ la nuit avec petit déjeuner à Tri Lovca.
17 Knin – Gračac
57km Commentaires : Étape de liaison entre le massif de Dinara et celui du Velebit. Pas de balisage. Vu les informations que j’avais (pas de balisage et pas de sentier entre Oton et la rivière Zrmanja), j’ai pris l’option sécurité via Radljevac (en évitant la route), Vještice, Pribudić pour traverser la rivière à Zrmanja Velo. 27 kilomètres depuis Knin avec la première moitié essentiellement sur sentiers et la seconde moitié sur pistes. On traverse une zone quasi déserte, abandonnée par les Serbes. J’ai ensuite plus ou moins suivi la trace GPS de la Via Dinarica sauf direct de Zrmanja Velo à la piste qui monte rejoindre la grande route et j’ai pris la piste qui longe par le nord le sommet Oklinak. Pour rejoindre Gračac , j’ai suivi un chemin agricole (carte OpenStreet Map) qui passe par les champs entre la route et la voie ferrée. Ils n’avaient pas encore fauché les prés et le chemin était envahi par les herbes. Dénivelé 1500m.
13h Logistique :Eau à Bender (entre Radljevac et Vještice). Superbe fontaine à Zrmanja Velo au bord de la route. Pas d’eau ensuite et pas de maison. Gračac : tous services, pension Villa Dijana. J’ai dormi à l’appartement Ana (30€, très confortable). Pour les informations pratiques, voir le site de la Via Dinarica.
18 Gračac – Paklenica (Parići)
42km Commentaires : Le chemin n’est balisé qu’à partir du niveau du Tulove Grede. De Gračac, je n’ai pas fait la boucle vers le sommet de Crnopac mais suis allé directement vers le Velebit. Une fois quittée la route nationale, la montée est parfois un peu touffue dans la forêt. Ensuite piste sans problème qui contourne les secteurs potentiellement minés. Je n’ai pas vu de panneaux informant sur des zones à risque au niveau du tunnel routier, il y a pas mal d’activité de bûcheronnage. J’ai suivi une de ces pistes plutôt que la trace GPS de la Via Dinarica. Ce n’est que plus loin que sont signalés des zones à risque. Bon sentier ensuite. Vue superbe du sommet Srveto Brdo. Après le sommet, j’ai laissé la Via Dinarica pour descendre sur Parići. Dénivelé 1930m.
12h Logistique :Citerne 15km après Gračac puis 3 kilomètres plus loin, à peu près à la verticale du tunnel routier, source de Crveni potoci. Source 500 mètres avant d’arriver au refuge de Dusiče (non gardé), citerne au refuge de Vlaški Grad (fermé actuellement pour reconstruction) et au refuge de Ivine Vodice (non gardé). Guesthouses à Parići. Pour les informations pratiques, voir le site de la Via Dinarica.
19 Paklenica (Parići) – Refuge Šugarska Doliba
28km Commentaires : Le chemin est dans l’ensemble bien balisé. Belles vues sur la mer Adriatique, beaux reliefs et rochers du côté du Stapina. J’ai rejoint la Via Dinarica à Stražbenica. Après le refuge de Tatakova Koliba, j’ai suivi le sentier en direction de Panos. La Via Dinarica fait un détour plus au nord de Debeli Kuk. Dénivelé 1820m.
10h Logistique :Citernes aux maisons à Veliko Ruino. Il y a deux puits ensuite, au sud du Bobički Kuk, avant d’arriver au refuge de Tatakova Koliba (eau sale, à traiter, je conseille d’attendre le refuge. Au refuge, source au fond d’une petite cavité (la pompe ne marchait pas, un ling bâton avec une casserole au bout permettait d’atteindre l’eau). Puit avec eau claire 200 mètres avant d’arriver au refuge Šugarska Doliba. Les deux refuges sont non gardés, celui de Šugarska Doliba est neuf, superbe (eau de pluie collectée, électricité…).  Pour les informations pratiques, voir le site de la Via Dinarica.
20 Refuge Šugarska Doliba – Refuge de Scorpovac
28km Commentaires : J’ai suivi le balisage vers Baške Oštarije. Le chemin passe au nord du sommet Krug alors que la trace GPS de la Via Dinarica passe au sud. Autant la première partie est sur un sentier de montagne avec montées et descentes, rochers, arbres couchés, autant, après Baške Oštarije, il est presque plat, nivelé, une autoroute. Ce sentier, le Premužiceva staza de 57 kilomètres a été aménagé au début des années 30. Dénivelé 1040m.
9h Logistique :Rien jusqu’à Baške Oštarije (le refuge de Ždrilo est un peu à l’écart du chemin). Baške Oštarije : hostel et restaurant. Scorpovac : refuge gardé, eau. Pour les informations pratiques, voir le site de la Via Dinarica.
21 Refuge de Scorpovac – Refuge de Zavižan
34km Commentaires : Poursuite sur le Premužiceva staza, toujours aussi bien aménagé et balisé. Belles vues sur la côte adriatique. Parties dans de belles forêts de hêtres et après Alan, relief karstique. Le refuge de Zavižan est dans un beau site montagneux dominant la mer. Dénivelé 1480m.
9h Logistique :Une vrai source 6km après Scorpovac. À Alan, refuge gardé (électricité, eau), possible de manger. À Zavižan, refuge (électricité, eau, pas de repas, ni petit-déjeuner). Il y a aussi des refuges non gardés au bord du sentier ou un peu à l’écart. Pour les informations pratiques, voir le site de la Via Dinarica.
22 Refuge de Zavižan – Vratnik
23km Commentaires : Peu de dénivelés, essentiellement sur sentiers avec quelques petits bouts de routes ou pistes. Balisé tout le long. Dénivelé 520m.
5h Logistique :Refuge à Oltari. Chambres Putnik à Travnik (20€ la nuit – petit-déjeuner possible et repas en insistant). Pour les informations pratiques, voir le site de la Via Dinarica.
23 Vratnik – Refuge Vagabundina Koliba
37km Commentaires : De Vratnik à Krivi Put, bout de piste puis route. Apparemment, le balisage passe plus à l’ouest et rejoint la route juste avant Krivi Put (à l’arrivée par des prés, il n’y avait pas de marques de chemin sur le terrain). Ensuite, vu les commentaires sur l’absence de balisage et de sentier, j’ai préféré prendre une piste sur les flancs ouest de l’Alino Bilo. J’ai laissé la Via Dinarica et poursuit ainsi, sur une piste, jusqu’à Breze. Aucune difficulté, peu de dénivelés, passages en forêt et vues sur la côte adriatique, île de Krk et jusqu’à l’Istrie. Après Breze, un sentier balisé monte au Veliki Rujnik puis descend de l’autre côté jusqu’à une piste puis un bout de route pour atteindre le refuge. Dénivelé 1240m.
9h Logistique : Refuge de Krivi Put semble à l’abandon. Café à Breze en face de la scierie. Refuge Vagabundina Koliba, très sympa, bonne cuisine (restaurant. Il y a aussi un restaurant un peu avant le refuge). Pour les informations pratiques, voir le site de la Via Dinarica.
24 Refuge Vagabundina Koliba – Fužine
20km Commentaires : Pour l’essentiel hors Via Dinarica qui fait des crochets et ne passe pas par Fužine. J’ai fait le choix d’aller assez directement et de me ravitailler à Fužine. Le dernier point de ravitaillement était à Gračac, il y a 7 jours et plus de 200 kilomètres. Du refuge, montée en direction de Viševica par un sentier balisé et redescente en direction d’une piste forestière (j’ai un peu coupé à travers bois). Cette piste forestière va jusqu’à Fužine. J’ai pris le sentier balisé qui monte à Vrh Bitoraja et redescend sur Vrata. Dénivelé 850m.
5h Logistique : Refuge Bitorajka et citerne d’eau en dessous du Vrh Bitoraja. Vrata : hôtel. Fužine : tous services.
25 Fužine – Refuge Schlosserov Dom
24km Commentaires : De Fužine, j’ai longé le lac sur la promenade. Ensuite j’ai suivi le balisage en direction du mont Tuhobić puis celui vers le mont Risnjak. Étape essentiellement sur pistes forestières, quelques bouts de routes, sentier à la fin. La partie entre les deux routes après la Dom Isviđača est envahie par la végétation. Dénivelé 1150m.
6h Logistique :Maison des scouts Dom Isviđača : café, eau (à 12km de Fužine). Refuge gardé Schlosserov Dom (repas possibles – fermé le mardi). Pour les informations pratiques, voir le site de la Via Dinarica.
26 Refuge Schlosserov Dom – Mašun
42km Commentaires : Cette étape ne pourra se faire ainsi légalement que quand la Croatie aura intégré l’Espace Schengen (à priori pour 2020). Du refuge Schlosserov Dom, sentier bien balisé direction Snježnik. Belle partie balisée en crêtes ensuite direction Guslica. On laisse le sommet à l’arrivée sur la piste qui y monte pour descendre toujours sur des chemins balisés, direction Medvejci puis celle de Šverda, le plus souvent sur des pistes forestières dans de belles forêts de hêtres. La zone frontalière est dans des forêts suffisamment clairsemées pour marcher. Idem côté slovène où j’ai pris un peu au hasard des pistes forestières et chemins de bûcherons en essayant de garder mon cap. La montée vers le Snežnik slovène est raide par où je suis passé (mais balisé). Ce passage peut être délicat par temps de pluie ou à la descente. La descente du sommet est bien balisée et entretenue. À la fin, je suis resté sur la piste forestière jusqu’à Mašun. Dénivelé 1890m.
11h Logistique :Attention, je n’ai pratiquement pas vu de points d’eau sur toute l’étape. Le refuge croate sous le mont Snježnik est en ruine et il n’y a pas d’eau. Il pourra juste servir d’abri de fortune en cas de mauvais temps. Il y a un robinet d’eau dans la montée vers le Snežnik slovène vers 1280 mètres d’altitude ; il y a un petit chalet, la piste principale part à droite, à gauche, une piste avec balisage Snežnik ; c’est là, à quelques mètres que se trouve le robinet. Le refuge au sommet du Snežnik slovène était fermé lors de mon passage (ouvert le week-end) et l’eau non accessible. Mašun : hôtel-restaurant Gostišče Mašun Erika Bolčina Antončič (32€ la nuit avec petit déjeuner).
27 Mašun – Postojna
27km Commentaires : Étape presque plate et intégralement sur pistes forestières. Après Mašun, j’ai quitté la piste principale pour en prendre une, à gauche, en direction de Blatna Dolina. J’ai récupéré la piste principale à peu près à mi-parcours après le petit sommet Osredki. Dénivelé 450m.
5h Logistique :Blatna Dolina : robinet sur citerne d’eau. Postojna : tous services.
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :