Crète

L’itinéraire, des conseils pratiques, étapes, dénivelés, traces GPS de la traversée de Crète à pied de la côte est à la côte ouest.


Traversée de Crète à pied

Quelle belle traversée de la Crète à pied ! Je retiendrai d’abord la rencontre avec les crétois, leur gentillesse, leur hospitalité. Ensuite sur 2 grosses semaines, j’ai eu des portions sublimes de côtes sauvages avec des plages désertes, des paysages champêtres avec oliviers et vignes, des parties de montagnes avec encore un peu de neige, des sites archéologiques…
Les sentiers et chemins sont la plupart du temps agréables et marqués. Il y a des sentiers, des chemins agricoles, des pistes. J’ai eu quelques parties avec du bitume (vers Frangokastello, après Paleochora) mais cela reste rare.

Le parcours :

Comme à Chypre, le sentier européen E4 a été le fil conducteur de la traversée de Crète à pied (voir sur la page de Chypre quelques informations sur ce chemin). J’ai débuté sur la côte est à Zakros pour terminer sur la côte ouest à Kissamos en passant d’abord à l’intérieur des terres avant de rejoindre la côte sud, encore assez sauvage. Je ne suis pas passé par le point culminant de l’île, le mont Ida (Psiloritis) à 2456 mètres d’altitude ; le sommet était encore enneigé.
J’ai bifurqué vers la côte sud et quitté le sentier E4 et le Cretan Way à Zaros pour les retrouver plus tard sur la côte sud. Cette portion hors chemin officiel vaut également la peine (Phaïstos, la côte vers Preveli, Plakas…).
Je n’ai pas pu non plus passer par les gorges de Samaria ; elles ouvraient cette année le 18 avril.

Informations pratiques :

Eau : Certaines étapes nécessitent de bien anticiper et de bien remplir ces gourdes aux points d’eau. C’est le cas sur certains parcours en montagne et sur la côte sud. La Crète est aride, il y a peu d’ombre et il peut y faire très chaud. Déjà début avril, certaines sources coulaient au goutte à goutte et la température montait à 30°C. Voir les commentaires pour chaque étape.

Hébergement : Sur certaines étapes dans l’intérieur, il vaut mieux avoir une tente. On arrive à trouver facilement des endroits tranquilles et avec de l’eau pour camper et cela ne semble pas poser de problème quand on demande.
Le seul refuge par lequel je suis passé, était fermé (il faut prévenir à l’avance et je ne pense pas qu’ils ouvrent pour une personne).
Il est très facile de trouver une chambre en avril dans les endroits touristiques et cela ne revient pas cher (25€ en général). Paradoxalement, c’est un peu plus cher dans les villages de l’intérieur.

Paiements – carte bancaire : Prévoir du liquide. La carte bancaire n’est pas un moyen de paiement très utilisé et est souvent refusé. On trouve facilement des guichets automatiques.

Réseaux : Bonne couverture avec Cosmote. J’ai eu du réseau pratiquement partout.

Marquage des sentiers : Certaines parties sont bien balisées soit E4, soit Cretan Way avec 2 traits rouges. D’autres parties sont difficiles à suivre sans trace GPS. Si vous voulez faire la totalité sans trace GPS, cela sera très difficile, d’autant plus que les habitants ne connaissent pas les sentiers.

Approvisionnement, cartouches de gaz :  à Heraklion et en ligne, le Mountain Club d’Heraklion vend du matériel de randonnée et notamment des cartouches de gaz à vis (type Primus, MSR ou Coleman).
Dans beaucoup de petits commerces, on trouve des cartouches de gaz type Camping Gaz (utilisées pour faire son café grec).
Globalement, il est rare de passer 2 jours sans trouver une épicerie ou une taverne. Il n’est donc pas nécessaire de se charger.

Communication : J’ai vraiment apprécié les efforts que j’avais fait pour apprendre le Grec. Dans l’intérieur de l’île et même parfois dans les zones touristiques, c’est utile et toujours apprécié.

Climat : Début avril, il faisait déjà chaud dans les parties basses. Les gorges de Samaria n’étaient pas encore ouvertes et il restait de la neige sur les sommets. Donc un peu tôt dans la saison sauf pour les parties basses.

Liaison Crète – Péloponnèse : il y a une ligne maritime entre Kissamos/Κίσσαμος (en fait Kastelli 4km à l’ouest) et Gythio/Γύθειο au sud du Péloponnèse. Les jours changent au courant de l’année. En 2017, la liaison n’a pas été assurée pendant plusieurs mois en attente de l’attribution du marché. Quand j’ai fait la traversée, il n’y avait qu’une liaison par semaine, le mercredi.

Sites internet :

Pour le sentier E4, voir la page de Chypre. Pour sa partie crétoise, trois sites sont particulièrement intéressant :
– le site de « Destination Crète » avec le détail des étapes et les informations sur les sites à visiter.
– le site sur le « Cretan Way« . Il est possible d’acheter le guide papier avec toutes les informations détaillées sur cette traversée qui s’inspire largement du tracé de l’E4
– le site, en français, de Denis Jacquemot avec beaucoup d’informations et des liens intéressants (dont ceux ci-dessus).

Sur les sentiers en Grèce dont le E4, le O32 ou l’Epire Trail, voir le site Topoguide en grec ou en anglais. Sur ce site, il est possible de visualiser des bonnes cartes topographiques grecques avec les sentiers. On y trouve des informations sur les refuges, informations touristiques. Enfin, il est possible de télécharger différentes applications de randonnée comme Epirus Trail. Elles permettent de suivre les sentiers et enregistrer sa trace avec les fonds de carte topographiques.
L’application permet d’avoir de belles cartes topographiques (visibles sans réseau une fois mises en cache). Sur ces cartes, apparaissent certains sentiers qui ne figurent pas sur d’autres cartes en ligne. Les sources, fontaines, sites historiques sont mentionnés. On peut aussi faire sa trace. Application très utile et gratuite.

Trace GPS :

Pour chaque étape, voir les informations importantes ci-dessous.

Lien pour télécharger la trace GPS :

Carthographie :

J’utilise l’application ViewRanger. Elle permet d’avoir les cartes openstreetmap en cache (accessibles sans connexion) et les vues satellites.
Les applications sur le site Topoguide permettent aussi de visualiser les cartes topographiques pour la Crète. Elles sont très utiles.

Les étapes :

1 Kato Zakros – Chandras
20km Commentaires : Belle étape entièrement sur chemins. Le balisage E4 est excellent. Beau parcours par la gorge des Morts entre Kato Zakros et Zakros. Ensuite, le sentier prend de la hauteur pour s’élever 700 mètres au-dessus de la mer et passer par une succession de cuvettes cultivées. Pour éviter la route de Ziros à Chandras, j’ai quitté le chemin E4 au-dessus des dernières maisons de Skalia pour suivre le sentier GR3, balisé jusqu’à Zakanthos. Ensuite par une succession de pistes et d’anciens chemins, je suis arrivé à Chandras. Dénivelé 1250m.
6h Logistique :. À Kato Zakros : cafés, restaurants, hôtels. À Zakros : commerces, cafés, restaurants, Zakros Hotel Tél.: 6982911051. La source à Skalia à côté de la chapelle Saint-Georges coulait encore mais faiblement début avril. À Chandras : café, taverne, épicerie. En demandant au café, j’ai trouvé une chambre pour la nuit (20€).
2 Chandras – Thripti
34km Commentaires : Étape sur chemins dans la campagne crétoise. Belles vues sur la mer Egée et la mer de Lybie en descendant sur Thripti. J’ai plutôt suivi la trace GPS du Cretan Way qui est parfois différente du tracé E4 (descente sur Vori, après Chrisopighi…). La descente sur Vori n’est pas facile à trouver (prendre option E4). Dénivelé 1500m.
8h Logistique : Pour l’eau, pas de problème car plusieurs villages et même en dehors il y a des ruisseaux ou le réseau d’irrigation. Pas de café, épicerie de la journée. À Thripti, une taverne ouverte le week-end et en saison.
3 Thripti – Chapelle Agios Nikolaos (après Prina)
29km Commentaires : Superbes vues entre Thripti et Monasteraki sur les mers Egée et de Lybie et au fond le mont Dhikti. Après Vasiliki montée dans un paysage sec et sans ombre. Joli site du monastère de Vryomeni (fermé lors de mon passage).Je ne suis pas passé par Prina mais ai continué sur la piste en hauteur. Dénivelé 940m.
7h Logistique : Monastiraki : taverne (ouverte en saison), chambres via AirBnB, gîte (autour de 70€). Vasiliki : café (ouvert l’après-midi). Prendre de l’eau à Vasiliki. Au début de la descente vers Meseleri, robinet à l’entrée du monastère de Vryomeni (bon endroit pour camper). Taverne à Meseleri. À Prina : chambres. Chapelle Agios Nikolaos (après avoir traversé la route) : point d’eau.
4 Chapelle Agios Nikolaos (après Prina) – Agios Georgios
36km Commentaires : Longue étape qui pourra bien sûr être coupée en dormant à Selakano (beau site). Jusqu’à Selakano, beau parcours avec vues sur la côte et le mont Dhikti. La descente sur Selakano est presque impossible à trouver sans trace GPS, le secteur a brûlé et le sentier n’est ni marqué, ni balisé. En gros, quand on quitte la piste, on reste proche du torrent d’abord rive droite avant de basculer assez rapidement rive gauche. Après Selakano, beau parcours dans un environnement de montagne. Il est facile de se louper au début, ensuite plutôt bien balisé mais requiert de l’attention. Dénivelé 1980m.
10h Logistique : Prendre de l’eau à Ayios Nikolaos. Pas grand chose ensuite jusqu’au début de la descente sur Selakano (sources). Selakano : chambres (villas luxueuses et bungalows) et taverne Pezoulia. Café-Dortoir : voir au café Stella (Tél. 69457 70055). Prendre de l’eau à Selakano, ensuite je n’ai vu qu’une source qui coulait au goutte à goutte. Le refuge du Mt Dikti est en travaux et devrait rouvrir en 2019 (Tél: +30 28103 18308 ou 2810226900). À Agios Georgios : épiceries, cafés, tavernes. Hôtel Maria (40€ avec petit déjeuner).
5 Agios Georgios – Kastelli
23km Commentaires : Pour éviter le bitume, j’ai plutôt suivi la trace GPS du Cretan Way que le sentier E4. Je recommande cette option, car, du coup pratiquement toute l’étape se fait sur des chemins. Impressionnante descente du plateau par l’ancienne chaussée qui fait des successions de zigzags. Ensuite, passage par les ruines de l’ancien aqueduc romain de Tichos et par l’ancien Lyttos. Dénivelé 380m.
6h Logistique : Point d’eau en bas de la descente du plateau, à la chapelle. B&B Metochi (Tél. 28910 51310 – 6946 930393) à Tichos. Café à Lyttos et Dhiavalde. À Kastelli : tous commerces, banques, hôtel Kalliopi (30€ la nuit).
6 Kastelli – Archanes
22km Commentaires : J’ai suivi la trace du Cretan Way qui permet d’éviter l’essentiel du bitume du sentier E4. Il est balisé de 2 traits rouges qui sont bien utiles car quelques passages ne sont pas faciles à trouver. C’est notamment le cas entre Apostoli et Agarathos où il n’est pas facile de rester sur la trace à travers champs et oliveraies. C’est aussi le cas dans la descente dans la gorge puis dans la gorge elle-même après Agarathou. La végétation y est abondante. Faire attention, à un moment d’autres traces rouges envoient vers la remontée d’une gorge adjacente. La trace GPS est bien utile pour cette étape. Quelques raides montées. Dénivelé 850m.
6h Logistique :Apostoli : café. Eau et toilettes à Agarathou. Épiceries, café, tavernes à Mirtia et Kounavi. Tous commerces, hôtel à Archanes (Villa Orestis – 40€ la nuit)
7 Archanes – Refuge de Prinos
28km Commentaires : Le chemin passe dans un paysage d’oliveraies et de vignobles. Comme hier, j’ai suivi les 2 traits rouges du Cretan Way. Attention, parfois d’autres sentiers sont balisés de la même façon et on se laisse entraîner vers un mauvais chemin (comme celui montant au sommet de Ghiouchtas ou le crochet par Kato Asites). Comme hier, la trace GPS est bien utile dans certains secteurs. La traversée du ruisseau entre Profitis Ilias et Kiparisi n’est pas facile à trouver.  Bonne montée après Ano Asites pour terminer. Dénivelé 1850m.
10h Logistique :Profitis Ilias : tous commerces. Kyparisi : épicerie, café. J’ai évité le petit crochet par Venerato. Kerasia : café. Ano Asites : café, épicerie. Refuge de Prinos (Tél: +30 2810 227609 ou 697 657 6070 EOS Heraklion). Source à proximité en repartant ver la montée.
8 Refuge de Prinos – Vori
29km Commentaires : Belle étape de montagne avec le décor minéral pour le passage du col. Belles vues sur le Psiloritis. On peut couper la piste en suivant le lit du ruisseau et rejoindre la chapelle Agios Ionnis. J’ai ensuite laissé le chemin E4 et le Cretan Way pour rejoindre Zaros par les belles gorges de Rouvas. Après la traversée tout en longueur de Zaros, descente par une piste du vallon sous Zaros puis une piste rive gauche du lac de rétention et toujours rive gauche une piste amène à Faneromeni puis une autre piste pour Vori. Dénivelé 1020m.
10h Logistique :Prendre de l’eau à la source avant d’attaquer la montée. Pour en avoir à nouveau, il faut arriver à la citerne au plat en dessous du col. Le ruisseau au-dessus de la chapelle Agios Ionnis (embranchement de la forêt de Rouvas) coulait, bel endroit pour camper. Idem à la chapelle (abri, eau). Café au lac Votomos. Zaros : tous commerces, hôtels. Faneromeni : épicerie, café. Vori : épicerie, tavernes, café, auberge.
9 Vori – Aghia Galini
21km Commentaires : En évitant le bitume, passage par les sites de Phaïstos, Agia Triadha avant de rejoindre la plage entre Timbaki et Kalamaki. Marche en bord de mer. Cela passe au pied des falaises ocres entre Kokinos Pirgos et Aghia Galini (peut-être pas un jour de mer démontée…). Dénivelé insignifiant 250m.
5h Logistique : Pas de soucis de logistique sur cette partie en bord de mer.
10 Aghia Galini – Preveli
24km Commentaires : Beau parcours essentiellement sur chemins, bord de mer (plages ou rochers). De Aghia Galini, on peut passer en haut de la falaise avant de rejoindre une piste qui mène à Aghios Georgios. Ensuite la route est bizarrement goudronnée une distance assez longue avant de poursuivre en piste pour récupérer du bitume avant Agios Pavlos. Ensuite, du vallon après Agios Pavlos à Preveli, il n’y a plus de bitume. Dénivelé 650m.
6h Logistique : Pas de soucis de logistique sur cette partie en bord de mer. Prendre suffisamment de l’eau lors des passages par des cafés ou tavernes. Entre Agios Pavlos et Triopetra, le ruisseau qui termine sur une plage déserte coulait abondamment. Le camping sauvage est interdit sur les plages.
11 Preveli – Frangokastello
32km Commentaires : Plus de bitume que hier mais de belles parties. C’est le cas jusqu’à Plakias. Il faut contourner par le nord la montagne au-dessus du monastère de Preveli. Le tour du cap entre Dhamonia et Plakias vaut la peine. Partie plus urbaine de Plakias à Souda. De Souda, j’ai rejoint la piste en hauteur par un passage un peu aérien. En haut, il y avait des balises bleues qui montrent qu’il doit y avoir un autre passage plus facile. Ensuite sur piste jusqu’à Aghia Marina. La fin est plus ennuyeuse (plat et bitume). Dénivelé 1020m.
8h Logistique : Pas de soucis de logistique sur cette partie en bord de mer. Faire le plein d’eau à Souda.
12 Frangokastello – Aghia Roumeli
34km Commentaires : Je pensais passer plus près de la mer (en suivant une trace téléchargée). Cela ne passe pas. Il faut récupérer la route avant Aghios Nektarios. Longue portion de bitume jusqu’après Chora Sfakion. La suite (sentier bien balisé) par Loutro jusqu’à Aghia Roumeli est superbe. Dénivelé 940m.
9h Logistique : Pas de soucis de logistique sur cette partie en bord de mer. Prendre suffisamment d’eau pour les portions entre deux (soleil, pas d’ombre).
13 Aghia Roumeli – Paleochora
35km Commentaires : Cela mérite 2 jours de marche mais contrainte de ferry pour le Peloponnèse oblige… D’Aghia Roumeli à Sougia, le relief est rude, les montées raides mais c’est superbe et très bien balisé. Plus facile ensuite jusqu’à Paleochora mais toujours beau (gorges et ruines de Lissos…) et bien balisé. Dénivelé 1800m.
11h Logistique : Attention à bien gérer l’eau. Je me suis ravitaillé à la maison sur la plage avant Aghios Nikolaos. La source sous la forteresse ottomane de Pikilassos coulait très faiblement. À Lissos, abondante fontaine.
14 Paleochora – Miros
35km Commentaires : ll faut marcher un moment le long de la route avant de retrouver la tranquillité. Ensuite, il y a une succession de plages magnifiques. Bon balisage. Après Elafonissi, on traverse un moment un plateau rocailleux avec une végétation d’épineux et sans trace de sentier très marquée. Heureusement qu’il y a les balises (2 traits rouges). Après Chrisoskalitissas, essentiellement du bitume. Dénivelé 700m.
10h Logistique : À part au début et à Chrisoskalitissas, pas grand chose. À Livadia, café et taverne.
15 Miros – Kastelli (Kissamos)
29km Commentaires : De manière étrange, le chemin E4 reste sur la route à partir d’Elafonissi, comme si la côte ouest ne valait pas la peine ou que faute de temps ou d’argent, il n’était pas vraiment fini. Aujourd’hui, de Plaghia à Kastelli, je suis pratiquement resté tout le temps sur des chemins et souvent superbes. C’est le cas entre Kambos et Sfinari. Un sentier par des gorges et la belle plage de Platanakia existe (balises et kairns). Après Sfinari, par le bord de mer puis la chapelle Zoodochos Pighi, on arrive à suivre des sentes qui mènent sur la crête avant Platanos. Ensuite, il existe des chemins entre les champs d’oliviers. Dénivelé 980m.
10h Logistique : Kampos :café, taverne, chambres (Sunset). Sfinari : tavernes, camping. Aghios Kostandinos (Platanos) : tavernes. Kastelli : hôtel, taverne. Pour tous les services, il faut aller à Kissamos.
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :