Des Asturies au Pays Basque

L’itinéraire, des conseils pratiques, étapes, dénivelés, traces GPS. Description de la traversée des Asturies au Pays Basque en partie par le Camino Norte mais avec de nombreuses variantes par la côte et avec le passage par Oviedo.


La trace complète : Trace GPS Ribadeo – Hondarribia avec possibilité de la visualiser sur un fond de carte IGN Espagnol. C’est une interprétation libre du Camino Norte avec de nombreuses variantes pour passer par de beaux chemins côtiers, éviter quelques portions de bitumes, passer à Oviedo… Voir commentaires et détails de chaque étape ci-dessous.
titre3

La traversée des Asturies au Pays Basque

Le Camino Norte peut être décevant par endroit. Pour l’illustrer, je le comparerais à une autoroute. C’est la voie qui permet d’avancer rapidement avec peu de risques de se tromper. La majorité l’emprunte. Elle offre par moment de beaux points de vue. Pour celui qui est moins pressé, qui accepte parfois de faire quelques kilomètres supplémentaires, à côté d’une autoroute, il y a toujours des petites routes. On peut s’y perdre mais pour profiter du paysage, il n’y a rien de mieux.
En Asturies, de manière incompréhensible, il reste parfois sur des routes asphaltées à l’intérieur des terres alors que le long de la côte, il existe sur certaines parties un magnifique sentier.
En Cantabrie, il fait des détours sur des routes asphaltées alors que parfois, il existe des pistes forestières plus directes.
Au Pays Basque, le relief est plus exigeant. Pour ceux qui débutent là, cela peut être rude. J’ai pris une option sur la côte entre Portugalete et Deba, plutôt que le parcours traditionnel par Guernica.
Avec quelques adaptations, c’est un parcours somptueux avec des passages sur un littoral sauvage et une succession de belles petites villes.

Sites internet :

J’ai téléchargé les traces du camino Norte et de certaines parties sur le littoral en faisant des recherches sur wikiloc.

Pour le Camino Norte, le site Eroski Consumer propose pour tous les chemins de Santiago en Espagne des documents pdf en espagnol avec descriptifs des étapes, profils, adresse des auberges.

On trouve aussi un guide pdf sur le site du Pays Basque (espagnol et anglais) et sur celui des Asturies (espagnol).

Carthographie :

Je suis resté fidèle à Iphigenie. L’application (disponible sur l’Apple Store et Androïd : http://iphigénie.com/?lang=fr) donne accès aux cartes IGN espagnoles. Elle permet d’avoir en cache (visible sans connexion internet) les cartes au 50000ème au pire et sur certaines zones au 25000ème. Les traces GPS ont été téléchargées sur le site wikiloc.

Mes étapes :

1 Ribadeo – Navia
39km Commentaires : Deux options différentes pour l’étape : le camino norte plus direct mais avec plus de bitume, plus à l’intérieur des terres ou le GR E9 qui suit plus la côte et donc fait des détours. J’ai fait un peu des deux en fonction du temps (nuageux le matin, pluie en fin de journée). La partie autour de la plage de Porcía jusque après le niveau de la Caridad est superbe et il est dommage de ne pas faire le détour sur le GR.
LE GR E9 est mal balisé. Il manque des panneaux à certaines intersections et on en trouve par contre sur des parties sans embranchements. Il fait parfois presque des boucles et il indique des caps et points qui sont en fait des allers-retours. Il est balisé avec des panneaux indiquant Tapia, Viavélez et Ortiguera. Je ne suis pas allé jusqu’à Ortiguera et ai repris le Camino pour aller plus directement à Navia.
La traversée de río Porcía peut se faire à pied, plus ou moins facilement en fonction de la marée (il y avait 1 mètre d’eau quand je l’ai traversé). Cela évite un long détour jusqu’au pont.
Le camino entre Caridad et Navia a été un peu modifié avec l’autoroute.
Toute une série de côtes casse-jambes pour monter de la mer au haut des falaises.
640 mètres de dénivelés.Trace GPS Ribadeo – Navia
9h Logistique : Pour les auberges voir les sites dédiés au Camino (notamment celui d’Eroski Consumer – voir ci-dessus). Pas d’auberges mais des hôtels et pensions à Navia.
2 Navia – Puente de Canero
35km Commentaires : Comme hier, à partir de Navia, deux options la mer ou la campagne via le Camino. De Navia à Puerto de Vega puis jusqu’à la plage de Barayo, un superbe sentier est balisé. Pour une fois le balisage est très bien fait. Le sentier suit presque en permanence la ligne de côte, d’où de superbes points de vue mais aussi pas mal de descentes et montées et un parcours rallongé (26 km jusqu’à Luarca). Pour moi cela vaut vraiment la peine. À noter qu’il est possible de sortir au bout de la plage de Frejulfe en traversant à pied la rivière. À la plage de Barayo, il faudra traverser la rivière (à gué ou pieds nus selon la marée) et remonter par une piste à l’autre extrémité de la plage. Vous rejoindrez Sabugo. De là soit vous récupérez le Camino de l’autre côté de la nationale soit vous rejoignez Luarca par des petites routes côté nord de la nationale. J’ai ensuite suivi le Camino. Le sentier littoral monte et descend permanence donc finalement 620 mètres de dénivelés.
Trace GPS Navia – Puente de Canero
9h Logistique :Puerto de Vega : tous commerces. Un hôtel au niveau de Sabugo. Luarca : auberge et tous services. Pont de Canero : j’ai dormi à l’hôtel au bord du chemin en bas du vallon (20€ en chambre individuelle).
3 Puente de Canero – El Pito (Cudillero)
43km Commentaires : À partir de Cadavedo, c’est de longues parties sur l’ancienne nationale jusqu’à Soto de Luiña. En plusieurs endroits, il est possible de couper par un chemin : de Cadavedo, puis de Tablizo (de la chapelle de Fabariega) à Ballota, de Ballota à Santa Marina, de Santa Marina à Castañeras, de Castañeras à Novellana, le virage au dessus de Soto de Luiña. Mais en sens inverse, ces options sont difficiles à repérer. Je suis resté sur la nationale sauf dans un cas (comme beaucoup de pèlerins croisés et comme le suggère certains guides, c’est dommage). J’ai fait le détour par Cudillero qui vaut vraiment la peine. On y arrive par un chemin puis par des escaliers d’où la vue sur le port est superbe.
Bien sûr, il est possible de faire étape entre. Sinon grosse étape avec 920 mètres de dénivelés et de bonnes montées après Soto de Luiña (notamment la première, celle après la plage d’Artedo et la montée au dessus de Cudillero).
Trace GPS Puente de Canero – El Pito (Cudillero)
10h Logistique :Cadavedo : 2 auberges. Ballota : hôtel. Santa Marina : pensions, bar. Novellana : bar. Hôtel au dessus de Soto de Luiña. Soto de Luiña : auberge, commerces, hostal et hôtels. Au dessus de la plage d’Artedo : hôtel. Cudillero : hôtel, commerces, restaurants. El Pito : auberge toute neuve moderne bien équipée (cuisine équipée mais pas de commerce à proximité, salon, wifi, 2 dortoirs de 4 personnes, 12,5€ avec petit déjeuner de base). Il y a un restaurant proche de l’auberge.
4 El Pito (Cudillero) – Escamplero (liaison Camino Norte et Camino Primitivo)
43km Commentaires : Longue étape avec comme objectif de rejoindre le Camino Primitivo. Il est possible de rejoindre Oviedo par Avilés. La ville est belle mais c’est une grande ville et d’Avilés à Oviedo, le chemin est sur des routes. Quitte à marcher sur des routes, j’ai pris l’option de prendre des petites routes de campagne et d’aller au plus direct. Cela me permettra de faire ensuite une toute petite étape et de visiter Oviedo tranquillement. À part au début avec le sentier littoral jusqu’à San Esteban et à la fin après Alcedo, l’étape est majoritairement sur routes. Il s’agit de petites routes de campagne pratiquement sans trafic via des hameaux perdus loin de l’Asturie touristique. L’étape est longue avec beaucoup de dénivelés (1200 mètres). En partant des auberges de Muros ou San Esteban voire d’un hôtel à Soto del Barco, on gagnera de précieux kilomètres.
J’ai commencé par prendre un bout du sentier littoral entre la plage de l’Aguilar et San Esteban. De l’auberge d’El Pito, prendre la 1ère route à gauche direction Aronces. Un sentier étroit permet de couper le virage qui descend sur la plage. Ensuite le sentier littoral est bien indiqué. Superbes vues sur les falaises et les plages. Le temps était gris, je n’ai pas fait la boucle complète jusqu’à l’Ermita del Espíritu Santu. J’ai rejoint directement San Esteban, puis traversé la río Nalón. On rejoint ensuite Soto del Barco.
De la gare de Soto del Barco, un chemin (qui suit une route goudronnée) est balisé direction Pillarno. Il s’agit du sentier de l’Agua. Je l’ai suivi jusqu’à Corrada. Là, j’ai tourné vers l’église puis continué tout droit sur la route de Arenas et Truébano. Sans aller jusqu’à Truébano, prendre à droite la route qui va directement à La Llamera. De là, une route mène à Reznera. Une route monte ensuite à Tablado où on prend une route plus importante à gauche pour rejoindre Las Pandiellas. Après avoir passé le hameau, une route monte à droite à la Mafalla. Un peu après le panneau d’entrée à la Mafalla, prendre une route à gauche vers La Canal. Une fois rejoint la route principale après ce hameau, la route à gauche mène à la Reigada.
On prend alors à droite (vers le Frente de Nalón), on passe un petit col pour descendre vers le Suco puis suivre cette route, toujours en descente jusqu’à Granda. Là, prendre à droite et passer par Landrio, La Pienda, Pravia, passer en dessous d’Alcedo. S’engager sur le chemin qui est présenté sur un panneau d’information comme une boucle de randonnée. Assez rapidement, quitter cette piste pour en prendre une à gauche, qui devient un temps un sentier broussailleux. Descendre jusqu’à une église, là prendre le virage en épingle à cheveux pour traverser la route AS-314 et prendre en face la route qui monte sur le versant opposé.
Elle traverse le hameau d’El Venero, se transforme en piste. Arrivé à un croisement de pistes, ne pas prendre tout droit (elle est marquée sur la carte mais se termine dans les ronces), prendre celle qui monte à gauche. Rejoindre une route que l’on prend à droite. Elle mène à l’AS-234 que l’on traverse. On poursuit en face sur une route qui devient une piste. Elle monte légèrement vers la gauche pour redescendre vers Ania. À la première route, poursuivre en face sur un chemin. Arrivé à la route suivante, la prendre à droite et suivre les indications du sentier en direction de « Cueva Oscura ». Une fois arrivé, il est indiqué la direction du Camino de Santiago que l’on rejoint et suis dans le sens du retour.
1330 mètres de dénivelés. Trace GPS El Pito (Cudillero) – Escamplero
10h Logistique :Plage de Aguilar : bar. San Esteban : auberge, bar. Soto del Barco : hôtel et tous commerces. Corrada : restaurant. La Reigada : bar. Escamplero : auberge (4€ – cuisine équipée – réfrigérateur/plaques/micro-onde), épicerie, restaurant.
5 Escamplero – Oviedo (via les églises de Naranco)
14 ou 18km Commentaires : Pour visiter les églises préromanes de Santa María del Naranco et San Miguel de Lillo, j’ai quitté le Camino Primitivo à Lampajúa. À la chapelle de la Virgen del Carmen, un chemin monte tout droit et très raide vers Lampaya. De là, le plus simple est de suivre la route vers Naranco. J’ai rejoint un chemin balisé qui mène à Naranco. Il est balisé depuis Puente Gallego, là où le Camino Primitivo traverse la rivière. Je ne l’avais pas pris car je trouvais que le début faisait faire un gros détour. La suite fait aussi des détours (environ 4 kilomètres supplémentaires). Belles vues par temps dégagé sur Oviedo et les montagnes. Passage par la statue du Christ et descente ensuite directement sur San Miguel de Lillo.
710 mètres de dénivelés avec des montées et descentes raides. Trace GPS Escamplero – Oviedo (via Naranco)
5h Logistique :L’auberge d’Oviedo est proche du centre historique. Elle ouvre à 15 heures. 5€. Cuisine avec micro-onde, réfrigérateur mais pas de plaques.
6 Oviedo – Monastère de Valdediós
35km Commentaires : Le parcours est très majoritairement sur bitume. Première partie urbaine. Pas facile à suivre dans le sens du retour par endroit. Une montée sur la fin.
540 mètres de dénivelés.Trace GPS Oviedo – Monastère de Valdediós
8h Logistique :De nombreuses possibilités en particulier à Pola de Siero et Vega de Sariego où se trouvent auberges et commerces. Monastère de Valdediós : auberge (5€ + 2€ pour la visite – lieu très paisible dans un vallon sauvage, les moines ont quitté le monastère – cuisine équipée avec plaque et réfrigérateur), bar restaurant avec menu pèlerins, à 500 mètres autre bar avec épicerie d’appoint.
7 Monastère de Valdediós – La Isla (via Lastres)
39km Commentaires : Première partie sur le Chemin. Essentiellement du bitume (hormis certaines portions avant Priesca. J’ai essayé de rejoindre Lastres via des pistes forestières au dessus de Sales. Cela passe sûrement mais j’ai dû faire des détours et il n’est pas facile de se repérer. Le plus simple est de prendre la piste qui en haut de Sales rejoint le musée du Jurassique Asturien. Après Lastres, un agréable chemin côtier relie la plage de la Griega à la Isla.
930 mètres de dénivelés. Trace GPS Valdediós – La Isla
9h Logistique :Villaviciosa : tous services (mais pas d’auberge). Sebrayo : auberge sommaire. Lastres : tous services. La Isla : auberge municipale (5€ – cuisine bien équipée avec réfrigérateur, plaques). Il y a une autre auberge, 2 hôtels, bar, épicerie.
8 La Isla – Ovio
33km Commentaires : Entre Vega et Ribadesella, il est possible d’utiliser une belle variante qui aboutit directement au bout de la plage de Ribadesella. Après être monté au dessus de Vega, le Camino aborde une descente. À cet endroit prendre une piste forestière qui monte et arrive au dessus d’Abeo. Suivre ensuite une petite route au sommet des collines qui dominent la mer et qui mène jusqu’au phare de Ribadesella. Un peu plus loin, un sentier descend directement vers la plage.
Plus loin, une option superbe à ne pas manquer. Après Toriello, à Cueres, en face de l’hôtel, une route mène au dessus de la plage de Guadamía. Un sentier permet de descendre au niveau de cette belle plage et de traverser la rivière en se déchaussant. Ensuite, en face du bar qui domine la plage prendre le chemin qui longe les falaises et va vers les Bufones (la mer ressort par des petits cavités et jaillit comme des geysers). Toute cette partie est superbe. Il faudra rejoindre ensuite Villanueva (attention, chemin pas facile à trouver dans les fougères). Le marquage indique un long détour vers la plage de Villanueva que l’on pourra éviter. Il vaut mieux de Villanueva rejoindre directement la belle plage de Cuevas del Mar. Ensuite, on traverse Picones pour arriver à Ovio.
540 mètres de dénivelés. Trace GPS La Isla – Ovio
9h Logistique : Sur plusieurs plages il y a des bars qui ouvrent en saison sur les horaires adaptés aux vacanciers. Berbes : bar. Tereñes : bar. Ribadesella : tous services, auberge de jeunesse. Cuerres : hôtel. Ovio : casa rural La Atalaya. 15€ pour les pèlerins. Très bien. Pas de possibilité de restauration sur place et à proximité. Micro-onde.
9 Ovio – Buelna
38km Commentaires : Comme hier, il est dommage de ne pas suivre le sentier E9 qui est superbe sur tout son parcours. De Ovio, il passe devant la très photogénique île Castro de las Gaviotas (ou Islote Desfuracado) puis l’étonnante plage intérieure de Gulpiyuri. Les vues sur les Picos de Europa sont également très belles. Après la plage de San Antolín, le sentier E9 passe en surplomb de la très belle plage de Torimbia. La partie entre Celorio et Llanes est également très belle notamment vers l’Ermita de San Martín. Enfin après Llanes, le sentier E9 permet de passer devant les Bufones d’Arenillas. Donc même conseil que hier : le E9 plutôt que le Camino.
600 mètres de dénivelés. Trace GPS Ovio – Buelna
10h Logistique :Le premier bar à la plage de San Antolín. Ensuite à Niembro. Ensuite la côte est plus touristique avec de nombreuses facilités. À Llanes tous services. Plusieurs possibilités d’auberges (Poo, Llanes, Pendueles). À Buelna, j’ai dormi à l’auberge Santa. Marina (15€ en demi-pension).
10 Buelna – Cóbreces
47km Commentaires : Beaucoup de bitume sur cette étape. Le départ est sur la très circulante nationale. Le trafic devrait baisser en intensité avec l’ouverture de l’autoroute. À La Franca, j’ai suivi le panneau sentier E9 qui part sur la droite. Il est ensuite coupé par la nouvelle autoroute. Il doit falloir passer les travaux pour la contourner par le sud. Je l’ai contournée par le nord. Le E9 rejoint Colombres sans apporter un réel plus. Il permet juste d’éviter un peu de nationale.
Après San Vicente de la Barquera, j’ai décidé d’aller au plus direct. Par beau temps, il est possible de suivre la côte. Le Camino passe par El Tejo mais reste sur bitume. À La Revilla, j’ai continué sur un chemin baptisé sur la carte Camino de Comillas. Il se termine dans un pré et il faut franchir une clôture pour rejoindre la route. Si on veut être propre, il faudra la rejoindre avant d’attaquer la descente. Ensuite, la route C-6316 est bordée d’un trottoir sur la plus grande partie du trajet jusqu’à Comillas.
Après Comillas, il est possible d’aller plus directement à Cóbreces avec en plus 2 plages et une route avec vues sur la mer. De Concha, on continue tout droit pour traverser la C-6316 au niveau de l’anse de Fonfría. Tout de suite, un vieux petit pont traverse la rivière et une piste monte jusqu’à l’Ermita de la Virgen de los Remedios. On suit ensuite une route en crête avec belles vues sur la côte au dessus de Liandres et de Sierra. À Trasierra, une petite route descend sur la plage de Luaña (belles vues sur les falaises). Après avoir traversé un pont de bois, on rejoint le Camino à Cóbreces. Le parcours est balisé en partie avec des flèches rouges et blanches.
Dénivelé de la journée : 770 mètres. Trace GPS Buelna – Cóbreces
11h Logistique :Tout le long du trajet, des localités avec bars, services, hôtels. Auberge du monastère de Cóbreces : 5€ (pas de cuisine, cafétéria en face).
11 Cóbreces – Santa Cruz de Bezana
37km Commentaires : Si vous aimez le bitume et les détours, suivez le Camino. Sinon, il existe des alternatives plus sauvages et parfois plus directes. C’est encore le cas entre Cóbreces et Santillana del Mar. Le Camino tricote autour de la route CA-134. Il existe une belle piste forestière qui vous mènera de la sortie de Novales jusqu’aux abords de Santillana.
De Cóbreces à Novales, vous pouvez suivre le Camino et son crochet qui n’apporte pas grand chose ou rester sur la route CA-353. Une grande partie est bordée d’un trottoir.  À Novales, aller au bout du village, vers le fond du vallon derrière l’église et prendre une piste qui monte. Vous verrez à votre droite l’Ermita San Millan. Poursuivez toujours sur la piste qui monte. Vos traverserez une route, croiserez d’autres pistes. En restant sur la piste qui monte, vous parviendrez sur la crête à l’Ermita San Roque. Là prendre tout de suite à gauche. Une piste part à flanc, côté nord de la crête. Laissez les pistes de gauche pour continuer à descendre jusqu’à une route et atteindre Santillana del Mar. J’ai ensuite suivi le Camino jusqu’à Barreda (comme d’habitude en bord de route, mais au moins, la zone piétons est délimitée).
Décidé à retrouver des chemins et d’éviter des détours par la route, j’ai laissé le Camino. On traverse la N611 pour rejoindre le terrain de football. De là, un sentier rejoint un passage piétons qui passe sous l’autoroute. Prendre à gauche et la longer jusqu’au terrain de football de Rinconeda. De là, une route à droite mène à Polanco que l’on traverse pour prendre en direction du cimetière. Peu avant d’y arriver, une route part sur la droite pour rejoindre l’Ermita San Pedro. On commence à contourner la petite butte qui domine l’Ermita pour tout de suite prendre à gauche une petite route qui rejoint la SV-4511 à la sortie de Rumoroso. Prendre en face la route qui monte et rejoindre le relais TV en haut du Monte Cucona. Là, une piste forestière dans les eucalyptus part sur la gauche, reste en crête et rejoint Puente Arce. De la piste belles vues sur les montagnes et la mer. Vous aurez gagné depuis Cóbreces 6 kilomètres par rapport au Camino et marché plus souvent hors bitume.
De Puente Arce, j’ai suivi le Camino jusqu’à l’église de Solorana. Là, j’ai traversé l’urbanisation la Mina par une route qui monte et rejoint la CA-231. On la traverse pour poursuivre en face jusqu’à l’urbanisation Cierro de la Sara. Là, on prend à gauche la route qui descend, traverse l’autoroute. Juste après, on prend la première à droite pour rejoindre plus loin la route qui mène à l’hôpital. Juste avant d’y arriver, prendre à gauche, passer sous la route et prendre entre l’hôpital et la voie ferrée. On la traverse au pont suivant pour arriver à Santa Cruz de Bezana. Globalement environ 8 kilomètres en moins que la distance officielle.
720 mètres de dénivelés.Trace GPS Cóbreces – Santa Cruz de Bezana
10h Logistique :Novales : bar et commerce. Santillana del Mar : tous services. Barreda, Rinconeda et Polancos : bars et commerces. Santa Cruz de Bezana : auberge conviviale dans l’esprit du chemin. Repas pris en commun. Prix selon chacun.
12 Santa Cruz de Bezana – Laredo
51km Commentaires : Quelques adaptations par rapport au Camino. À l’entrée de Santander, le chemin qui longe à flanc le rocher de Peñacastillo passe très bien et c’est plus agréable que de longer la zone d’activité (départ de l’église de Peñacastillo). Bateau pour rejoindre Somo. Ensuite parcours le long des plages et au sommet des falaises. Cela vaut la peine. De la plage de Galizano, j’ai pris une piste forestière qui monte directement à l’Ermita San Pantaleón. Là suivre la route qui monte au sommet de la colline. Vues mer et montagne. Au bout de cette route, prendre la route à gauche, toujours qui continue sur la ligne de crête. Elle fait de grandes courbes avant d’arriver, en face de hangars agricoles à la route à droite qui descend sur Ajo. Passer devant l’église San Martín pour rejoindre la Camino au niveau de Santa María de Bareyo.
J’ai suivi le Camino un petit moment puis ai coupé sans passer par Isla. Il y a une piste qui contourne au nord la colline qui domine Arnuero. Ensuite par les plages jusqu’à Santoña. Le bateau assure son service en principe en saison de 9 heures à 19 heures.
660 mètres de dénivelés.Trace GPS Santa Cruz de Bezana – Laredo
13h Logistique :Après Santader et Somo, mon parcours était surtout côtier. Il a fallu attendre Ajo pour retrouver bar, commerces et pension. Compte tenu de mes longues étapes, je n’ai pas dormi à Guermes, une des belles adresses du chemin. Auberge à Noja. Noja, Santoña et Laredo : tous services. À Laredo, j’ai dormi à l’auberge Casa de la Trinidad, au couvent des sœurs. 10€ avec le petit déjeuner.
13 Laredo – Castro Urdiales
27km Commentaires : Le Camino fait un long crochet à l’intérieur des terres pour traverser le río Aguera à hauteur de la Magdalena. Il évite ainsi la nationale N-634. Une variante plus courte semble être largement utilisée par les pèlerins avec des portions sur la nationale. Je recommande l’alternative au dessus de la plage de San Julián qui est belle, en partie sur chemins et pas plus longue que la variante.
Le chemin qui existe sur les cartes entre Valverde et Erillo est fermé par des clôtures. J’ai croisé un pèlerin qui m’a dit que cela passait en restant au plus près des falaises (au dessus de Valverde, là où on atteint une sorte de col, ne pas prendre le chemin qui poursuit la montée sur la droite mais un chemin à gauche. Normalement, cela devrait rejoindre le camino d’Erillo avant la grande descente). Le passage au dessus de la plage de San Julian vaut la peine. L’option la plus sûre est de partir de Laredo sur le chemin normal et ensuite de prendre la route qui monte vers Valverde et la quitter en direction de la Bodega la Vida. On rejoint ainsi le Camino d’Erio. De là une option longue, avec des bonnes montées et descentes (peut être difficile par temps de pluie) est balisée en chemin de petites randonnées (jaune et blanc). Elle passe devant l’Ermita San Julián puis monte raide sur une piste pour rejoindre la Hoya Somante (cratère dans un relief calcaire). Elle redescend ensuite par un raide sentier sur Isequilla. Une piste rejoint directement Isequilla et le bas de la N-634 avant d’attaquer la montée. On pourra aussi prendre la petite route qui descend de la plage de San Julián et rejoint Isequilla.
La suite sur N-634 est ennuyeuse jusqu’à Islares.
570 mètres de dénivelés. Trace GPS Laredo – Castro Urdiales
6h Logistique :À Puente Pontarrón : bars et auberge. Islares : auberge, bars et hôtel. Castro Urdiales : auberge et tous services.
14 Castro Urdiales – Plentzia
46km Commentaires : Comme hier, le Camino officiel fait un long détour à l’intérieur des terres. La majorité des pèlerins préfère emprunter un parcours plus court avec un bout de N-634. De Castro Urdiales, on longe la côte pour rejoindre la plage de Mioño. De là, le parcours le long de la N-634 commence et mène jusqu’à Ontón. En traversant le vallon au niveau du viaduc de l’autoroute, on rejoint la voie verte aménagée sur le parcours d’une ancienne voie ferrée. Elle mène à Pobeña. Une fois la ría et la plage traversée, une piste cyclable et piétonne mène à Portugalete. Il est possible de la quitter un petit moment vers la fin de la montée.
De Portugalete, on longe le bord de la ría et ses belles villas du XIXéme. À Algorta, on monte sur le haut des falaises. Ce chemin toujours en rive de falaises, facile à suivre, passe par la pointe de Galea, domine une série de plage pour rejoindre le bout de la baie de Plentzia.
Là, c’est la seule difficulté du chemin, un sentier monte à partir d’une petite plage. Il rejoint une route et un rond point en cul de sac. Ne pas prendre les amorces de chemin qui partent du rond point et se perdent dans le broussailles. Prendre à droite la route goudronnée pour la quitter plus haut pour un chemin vers Plentzia.
870 mètres de dénivelés avec notamment la montée entre Mioño et Ontón.Trace GPS Castro Urdiales – Plentzia
12h Logistique : Bars sur la plage de Mioño, à Ontón, Pobeña et La Arena. Auberge à la Pobeña. Passé Portugalete et la zone urbaine de Bilbao, on retrouve des bars le long des plages. Plentzia : hôtels, hostales et tous services.
15 Plentzia – Bakio
22km Commentaires : La première partie de Plentzia à Armintza est facile à suivre. On longe les falaises par un sentier avec quelques panneaux qui passe par le phare de Gorliz et Ermua.
La deuxième partie entre Armintza et Bakio était sensée suivre le GR-123. Comme souvent pour les GR en Espagne, il est mal balisé. Pour moi, sans GPS, il est impossible à suivre dans le lacis de pistes dans les forêts d’eucalyptus. Il passe en hauteur et croise la route BI-3117 au niveau d’un col.
L’étape est pratiquement intégralement sur des chemins. Elle est exigeante avec 1080 mètres de dénivelés et la difficulté pour trouver son chemin après Armintza.
Trace GPS Plentzia – Bakio
6h Logistique :Armintza : bars. Bakio : hôtels et commerces.
16 Bakio – Lekeitio
38km Commentaires : Une des incertitudes était la traversée de la ría à Mundaka. Bonne nouvelle, un service de bac est proposé depuis cette année par Urdaiferry (en été, le weekend … Se renseigner). L’étape propose une alternance de chemins, petites routes et quelques tronçons sur une route avec plus de circulation. Il emprunte en dominante le GR-123, vuelta a Bizkaia
De Bakio, une petite route mène au superbe site de Gaztelugatxe. On pourra faire la visite jusqu’à la chapelle mais cela rajoute presque 600 mètres de dénivelés aller-retour. De là, une route qui devient une piste monte vers le relais TV et le sommet de Burgoa (451m). On trouve un peu de balisage ainsi que pour descendre sur Bermeo.
De Bermeo à Mundaka, une piste longe en hauteur la route principale sur une partie du trajet. Une fois traversé la ría, un chemin agréable monte depuis l’entrée du parking en direction de la chapelle San Pedro. Arrivé sur la crête, pour aller à la chapelle, il faut faire un crochet de 2 kilomètres aller-retour. Des panneaux indiquent le chemin vers Akorda. Arrivé au niveau de ce hameau, on prend presque en face (sur la droite) une route qui descend. Arrivé en bas sur la route BI-3234, prendre à droite puis aux premières maisons à gauche. Là un chemin monte vers Elantxobe.
D’Elantxobe, il faudra suivre la route BI-3238 jusqu’avant Natxitua où une petite route sur la droite permet de l’éviter un temps pour la recroiser et prendre un chemin balisé en face jusqu’à Ea.
D’Ea, un agréable chemin longe la rivière sur la rive gauche. Ensuite une piste forestière grimpe parallèlement à la route BI-3238 pour la rejoindre 2 kilomètres avant Izparter. Au niveau de l’église, prendre une petite route à gauche et suivre une piste forestière puis un sentier balisé GR et PR jusqu’à Lekeitio.
Du relief avec 1290 mètres de dénivelés.Trace GPS Bakio – Lekeitio
11h Logistique : Bermeo, Mundaka : tous services. Elantxobe, Izparter : bars. Lekeitio : tous services.
17 Lekeitio – Zarautz (camping)
48km Commentaires : Longue étape avec du relief et du dénivelé (1530 mètres). Beaucoup de chemins. Belle étape avec la mer, la campagne et des petits ports.
De Lekeitio à Ondarroa, la plus grande partie est sur un chemin. D’abord de Lekeitio, on suit, après le pont, la rive droite de la rivière avant de prendre une piste forestière qui monte sur la gauche et rejoint Leagi. Ensuite une agréable piste forestière passe à proximité du sommet Sinuix (294m) puis suit en crête par Asterrika avant de descendre sur Ondarroa.
De la plage de Saturrarán, un chemin plutôt bien balisé (GR-121) mène à Mutriku puis à Deba. Le GR-121 est ardu après Deba avec des parties raides où il faut parfois s’aider des mains et une partie équipée d’une corde. À partir du niveau d’Itxaspe, il est plus facile, mieux balisé et agréable mais avec de bonnes montées et descentes. La partie entre Itxaspe et Zumaia est superbe avec des vues sur les falaises de flysch. Je l’ai suivi pratiquement tout le long sauf le passage par Getaria.
Trace GPS Lekeitio – Zarautz
12h Logistique :Tous les ports sur le parcours proposent l’ensemble des services. À partir de Deba, on est à nouveau sur le chemin et on retrouve des auberges.
18 Zarautz (camping) – Hondarribia
45km Commentaires : Étape avec beaucoup de sentiers, notamment presque intégralement entre San Sebastián et Hondarribia. Beaucoup de dénivelés (1330 mètres).
Après Orio, j’ai pris le GR121. Après Itsaspe, la seule indication est Kukuarri. Un habitant m’a dit que la partie suivante du GR n’était plus entretenue. À Kukuarri, on récupère le camino. Il est sur chemin sur un bon tronçon. L’entrée, la traversée et la sortie de San Sebastián sont agréables. Après Pasai Donibane, j’ai repris le GR-121 qui passe par le phare Atalaia. La partie ensuite est un peu aérienne. J’ai rejoint Hondarribia par le sommet de Jaizkibel et le sanctuaire de Guadalupe. De Pasai Donibane à Hondarribia, le balisage est bon (sauf vers la partie où l’on passe d’une crête à l’autre et où on traverse la route).
Trace GPS Zarautz – Hondarribia
11h Logistique :Orio, San Sebastián, Pasai Donibane, Hondarribia : auberges et tous services.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :