Informations pratiques

L’itinéraire, des conseils pratiques, étapes, dénivelés, traces GPS et le récit de 40 jours de marche sur le tour du Manaslu en partant de Baluwa, la vallée de la Tsum, le tour le balcon et le camp de base des Annapurnas, le trek du Mardi Himal.


Sites internet sur la Tsum, le Manaslu ou les Annapurnas

Site internet sur le tour du Manaslu avec notamment une carte détaillée

Descriptif format PDF très complet sur la vallée de la Tsum et le Tour du Manaslu (en anglais)

Descriptif en anglais du tour des Annapurnas avec les chemins alternatifs à la piste (NATT : New Annapurna Trekking Trail)

Blog de Martin Pierre avec cartes du Népal en PDF

Site tchèque avec des cartes haute résolution :
Manaslu
Annapurna
Jomosom-Pokhara

Organisation :

Tour du Manaslu et vallée de la Tsum :
Cette partie est en accès restreint. En conséquence, il faut

  • un permis de trek pour le Manaslu (Septembre à Novembre : 70 US$ pour la première semaine par personne, puis 10 US$ par jour/personne. Décembre à Août : 50 US$ pour la première semaine par personne, puis 7 US$ par jour/personne.). Photo nécessaire. + payer le droit d’entrée dans le parc (2000 rps – environ 20€)+ celui des Annapurnas pour la fin du circuit (2000 rps). Photo nécessaire.
  • un permis de trek pour la vallée de la Tsum (Septembre à Novembre : 35 US$ pour 8 jours par personne. Decembre à Août : 25 US$ pour 8 jours). Photo nécessaire. Les jours sont pris en compte à partir de Jagat et jusqu’à Dharamsala. Pour nous, nous avons eu 8 jours de permis au titre de la Tsum pour débuter puis 7 jours de permis Manaslu de Lokpa à Dharamsala
  • Avoir un guide
  • Être au moins deux trekkers. Si vous êtes seul, vous pouvez partir avec un trekker « fantôme » ; dans ce cas là, il faut avoir le passeport d’un autre touriste, payer deux permis et lors des contrôles expliquer qu’il n’a pas pu venir car il était malade. L’autre solution est d’utiliser des sites pour rechercher des partenaires comme Trekking Partners ou Trekinfo.

Tour des Annapurnas – sanctuaire des Annapurnas – trek du Mardi Himal
Cette partie est ouverte donc, il est possible de marcher seul sans guide. Il n’y a que le droit d’entrée dans la zone protégée des Annapurnas (2000 rps) et la carte TIMS à payer. Photo nécessaire.

Et enfin, il faut avoir une carte de « Trekkers’ Information Management System » (TIMS) : 10 US$ via une agence ou 20 US$ en individuel. Photo nécessaire.

Informations diverses

Hébergement et nourriture :
Les lodges varient du très basique (par exemple dans la Tsum) à relativement confortables (sur les Annapurnas). En général, petites chambres séparées par des cloisons en bois (qui laissent passer les bruits de la chambre voisine), toilettes à la turque dans un coin de la cour, petite pièce pour se doucher (du très basique seau d’eau froide dans les WC à la douche chauffée au gaz en passant par le seau d’eau chaude, la douche solaire…).
Dans les lodges, les menus et les prix sont pratiquement identiques : les traditionnels népalais (dal baht, momos, soupes de nouilles) aux plats occidentaux (pizzas, pâtes, rœsti…).
En moyenne, la nuit, repas du soir et petit déjeuner autour de 1500rs soit 14€ (en incluant parfois quelques extras comme la bière). Le dal baht du midi tournait autour de 300rs/400rs (3€).
Sur le tour et le sanctuaire des Annapurnas, l’hébergement est très bon marché : souvent 1€ ou gratuit sous réserve de manger sur place. La douche chaude est souvent gratuite. La recharge de batterie à 100rs (moins d’un euro) sur le tour et gratuit sur le sanctuaire. Même cela se négocie, en effet, les repas avec 2 plats tournent autour de 700rs soit plus de 6€ ce qui est très cher pour le Népal. Les prix sont pratiquement les mêmes partout.

Difficultés :
Nous avons fait le tour en portant notre sac à dos. Les distances par jour ne sont pas très importantes par contre le dénivelé est souvent supérieur à 1000m. Quand cela monte, c’est souvent assez raide avec de nombreuses parties en escalier. Il est possible de rallonger certaines étapes mais l’objectif était aussi de prendre notre temps et de bien gérer l’acclimatation.
L’altitude est la principale difficulté. À bien prendre en compte donc l’acclimatation, la prise en compte des symptômes du mal des montagnes, la montée progressive, le froid, la marche dans la neige, les descentes glacées …etc

Temps de parcours :
Les temps de parcours incluent des pauses. La pause du midi (pour les trajets de plus de 5 heures) peut facilement durer 2 heures avec le temps de préparation du dal baht. Au fur et à mesure de l’avancée du parcours, l’entraînement fait que les temps correspondent à un bon rythme. Par exemple sur les Annapurnas, les temps ne seront pas les mêmes pour celui qui débute là.
Voir les traces GPS dans le détail des étapes pour avoir plus de détails sur les temps effectifs de marche.

Marquage :
Le tour du Manaslu est marqué par trois ronds rouges (le marquage est assez peu présent). Le tour des Annapurnas, et notamment les chemins qui évitent la piste, est marqué en rouge et blanc type GR. Sur le sanctuaire, le marquage est moins fréquent mais il est difficile de se perdre.
Le trek du Mardi Himal est en bleu et blanc mais le marquage dans la partie dans la forêt est peu présent et il est facile de partir sur un mauvais sentier.

Fréquentation :
Sur la partie Baluwa – Barpak – Korlabeshi nous n’avons rencontré qu’un seul autre trekker.
Dans la vallée, si on cumule l’ensemble de ceux qui ont dormi à Korlabeshi et Tatopani, on arrive à 8 personnes en plus de nous trois.

Vallée de la Tsum : nous n’avons croisé en moyenne que 2 à 3 autres trekkers par jour.

Tour du Manaslu : environ une dizaine de trekkers par jour à cette période. Le jour où nous avons passé le col, nous avons retrouvé plusieurs groupes de campeurs. Il devait y avoir une vingtaine de trekkers sur ce jour là. Avec les porteurs et guides, cela fait finalement pas mal de monde.

Tour des Annapurnas : du monde (20000 en 2012), beaucoup de structures mais finalement la montagne est vaste et l’on peut marcher des heures sans pratiquement voir d’autres trekkers. La journée où nous avons passé le Thorong La, il devait y avoir environ 200 trekkers. Le lodge où j’ai dormi à Thorong Phedi était complet. Après Jomosom, on se retrouve sur des chemins peu fréquentés.

De Muktinah à Tatopani : personne. Les lodges sont désertés. Pourtant, le chemin tracé évite pratiquement en permanence la route. Il traverse de beaux villages (Marpha, Tukuche, Chimang…) ; il offre des vues superbes sur le Dhaulagiri puis sur l’Annapurna I ; il est agréable à marcher : peu de gros dénivelés, dans la forêt…

Sanctuaire des Annapurnas : c’est sur l’ensemble la partie la plus fréquentée. Facile d’accès, treks courts possibles, elle attire des groupes de tous âges (enfants, familles, retraités). Peu de vrais villages mais des groupements de lodges assez importants.

Trek du Mardi Himal : juste au dessus des chemins du sanctuaire, des sentiers tranquilles sans pratiquement aucun trekker. Nous étions 2 à Forest Camp et High Camp ; la nuit précédente également 2 personnes à High Camp.

Météo :
Sur cette période du 23 mars au 2 mai, temps un peu brumeux mais quand on se rapproche des montagnes, les vues sont dégagées. Le matin, le ciel est souvent limpide avec de belles vues. Les nuages arrivent en fin de matinée. L’après midi, les nuages peuvent cacher les sommets et il peut y avoir un peu de pluie ou de la neige (à Mu Gompa ou à Manang). Quelques journées de temps couvert mais seulement deux journées avec de la pluie dès le matin.

Eau :
On trouve de l’eau (robinets) partout même dans les endroits reculés de la Tsum Valley. Par précaution, j’ai utilisé du Micropur. Malgré ces précautions, je n’ai pas pu éviter parfois certains problèmes gastriques.

Électricité :
Sur le tour du Manaslu et la vallée de la Tsum, on arrive environ une fois sur deux ou trois à trouver des prises pour recharger les batteries des appareils photo. Sur le tour des Annapurnas, la recharge est parfois facturée 100rs (moins d’un euro). Pas besoin d’adaptateur même si les prises sont parfois un peu lâche. De Muktinah à Tatopani puis sur le sanctuaire, la recharge peut se faire pratiquement partout (sauf au Camp de Base de l’Annapurna).
Pour le Mardi Himal, à Forest Camp, Low Camp et High Camp : pas possible de recharger.

Internet et wifi :
En 2014, le wifi est arrivé dans certains lodges sur le tour du Manaslu. Pas de wifi dans la vallée de la Tsum. À Samdo, depuis septembre 2013, il y aurait un cyber café avec wifi.
Le wifi est plus généralisé sur le circuit des Annapurnas : à Chame (avec wifi), à Pisang et Upper Pisang, à Manang, à Muktinah. À Kagbeni et Jomosom, de nombreux lieux, hôtels, restaurants proposent internet et wifi. On entre trouve également à Marpha, Kalopani, Tatopani. Sur le sanctuaire des Annapurnas, c’est aussi fréquent (Ghorepani, Chomrong, Sinuwa, Macchapuchare Base Camp..) mais souvent en panne.

Katmandou – Baluwa :
De Katmandou à Gorkha, route asphaltée. Pour Baluwa, une dizaine de kilomètres avant Gorkha, à l’endroit où la route attaque la montée vers cette ville, un embranchement à gauche permet de poursuivre le long de la rivière. La route encore asphaltée sur quelques kilomètres laisse place à une mauvaise et rude piste. De l’embranchement à Baluwa, il faut compter près de 3 heures en jeep.
On peut aller à Baluwa en bus de cet embranchement. Les bus poursuivent jusqu’au pied de la montée vers Barpak. Le matin, vers 6h, il y a un bus direct de Katmandou à Baluwa.
Des jeeps montent vers Barpak mais ne vont guère plus vite qu’un bon marcheur par les raccourcis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :